Interview Univers Freebox : pourquoi Apple est la marque star des smartphones reconditionnés ? PRS vous dit tout

Interview Univers Freebox : pourquoi Apple est la marque star des smartphones reconditionnés ? PRS vous dit tout

Dernier volet de notre interview de PRS, l’un des leaders du reconditionnement de mobiles en France. Après avoir dressé son portrait et passé aux rayons x son mode de fonctionnement ainsi que sa stratégie, place aujourd’hui au jeu des questions-réponses sur les smartphones passés entre ses mains. Pourquoi un modèle plus qu’un autre, les raisons de l’extrême popularité d’Apple et Samsung, certains terminaux ont-ils plusieurs vies…

En jetant son dévolu sur un iPhone ou un Samsung Galaxy reconditionné sur Back Market ou Veepee, le consommateur est loin d’imaginer le parcours suivi par son nouvel achat. Partenaire de Free depuis l’année dernière, PRS alias Phone Recycle Solution, propose plusieurs modèles de la marque à la pomme dans la boutique en ligne de l’opérateur de Xavier Niel, aux côtés de Recommerce.

Actuellement, plusieurs milliers d’iPhone et de terminaux de Samsung envahissent chaque semaine ses locaux, environ 2500 produits sont traités par jour, de la réception à la commercialisation. Mais comment PRS choisi tel ou tel modèle de smartphone à reconditionner ? La société va simplement faire une analyse avec ses clients en visant une demande bien précise : “L’objectif est d’aller identifier la cible de nos partenaires et en fonction de cela, être en mesure de leur proposer telle catégorie de téléphone, de tablette, tel typologie de grade, telle cible au niveau du prix sur un projet de lancement ou une campagne marketing par exemple”, explique Itsik Teboul, cofondateur de PRS. 

C’est aujourd’hui une évidence, les produits les plus adaptés proviennent de deux géants du marché des smartphones, Apple et Samsung.

Les iPhone reconditionnés, les consommateurs se les arrachent

Marque star des produits reconditionnés, la marque à la pomme séduit par son image de marque haut de gamme, voire de luxe. Ainsi beaucoup de consommateurs s’empressent aujourd’hui d’acheter des iPhone passés dans une chaîne de reconditionnement. Un modèle quasi-inaccessible à l’état neuf, le devient alors pour certains. Le prix fait toujours la différence, PRS ne le cache pas : “Il y a un facteur prix fondamental. Chez Apple, la politique de prix est très rigide, un produit neuf ne va pas évoluer sur ce point. Les clients en Europe se tournent donc aujourd’hui vers des modèles d’iPhone reconditionnés”, à des prix extrêmement plus bas. Les chiffres parlent d’eux-mêmes, les ventes de smartphones reconditionnés explosent avec un pic de ventes de 35% durant la rentrée de septembre, rien que ça. Les réductions atteignent parfois les 70% comparé à du neuf, de quoi séduire en masse.

 

Si des marques comme Xiaomi sont très agressives sur le marché, la question de l’intérêt du reconditionné haut de gamme se pose alors. Il est en effet aujourd’hui possible de s’offrir un smartphone neuf d’un fabricant chinois truffé de fonctionnalités au prix d’un iPhone d’occasion.

Pour PRS, il ne faut pas omettre l’importance de la valeur de marque. « Aujourd’hui d’un point de vue macro, les Français consomment du Apple parce qu’ils achètent la marque. Même si des technologies très avancées sont proposées chez d’autres concurrents, les consommateurs voudront en priorité un iPhone ». La force des marques Apple et Samsung permettent aujourd’hui de générer une réelle demande sur le marché du reconditionné. Au point parfois de vivre plusieurs vies.

PRS et la volonté de prolonger encore et encore la durée de vie des smartphones 

“Notre métier c’est travailler du produit d’occasion”, explique Itsik Teboul. “Ici, on fait l’acquisition de lots de produits, lesquels sont testés systématiquement sur la partie hardware et software puis on analyse si un produit a déjà été remis en vente. Si celui-ci a déjà eu une deuxième vie et qu’il est encore fonctionnel, on pourra potentiellement le redistribuer ». Cela fait d’ailleurs partie des valeurs de PRS, à savoir rallonger le cycle de vie des téléphones en vue d’une réduction des déchets.

La société conserve d’ailleurs les composants fonctionnels d’un produit qui ne l’est plus avant de les remettre d’une façon ou d’une autre sur la chaîne de valeur. La durée de vie actuelle d’un smartphone est actuellement de 23 mois. Partant de ce postulat, le Sénat propose de renforcer l’ambition en matière de réparation et de réemploi, par exemple via un taux de TVA réduit sur la réparation de terminaux et l’acquisition d’objets électroniques reconditionnés.