Test du Realme C3 : quelle expérience propose ce smartphone à 150 euros ?

Test du Realme C3 : quelle expérience propose ce smartphone à 150 euros ?

La rédaction d’Univers Freebox vous propose le test du Realme C3, un smartphone s’adressant aux petits budgets.

Avant de passer au test, voici un rappel des principales caractéristiques du Realme C3, qui s’affiche à 149 euros et dont un exemplaire nous a été prêté par la marque :

 


Fiche technique du Realme C3 : les caractéristiques


-   Processeur : octa-core jusqu’à 2,0 GHz (chipset Helio G70)

-   Mémoire vive : 3 Go


-   Écran : dalle IPS 6,5 pouces avec une définition HD+ (1 600 x 720 pixels)

-   Audio : son sortant de la tranche inférieure

-   Stockage : 32 Go extensible, grâce à un slot MicroSD dédié


-   Deux logements Nano-SIM accessibles depuis un tiroir de la tranche gauche

-   Compatibilité 4G : support des bandes B1/B3/B5/B7/B8/B20/B28

-   Compatibilité 5G : non


-   Triple capteur photo au dos (organisation en ligne) : 12 + 2 + 2 Mégapixels

-   Capteur photo à l’avant : 5 Mégapixels dans une encoche


-   Prise casque 3,5 millimètres : oui (tranche inférieure)

-   Connectique de charge : Micro-USB (dans la tranche inférieure)

-   Support Wi-Fi : 802.11 802.11 b/g/n

-   Connectivité Bluetooth : version 5.0

-   NFC : non


-   Batterie : 5 000 mAh non amovible

-   Recharge filaire : support de la charge 10 Watts (bloc inclus dans la boîte)

-   Recharge sans-fil : non


-   Système d’exploitation : Android 10 avec l’interface Realme UI


-   Solutions de déverrouillage : reconnaissance faciale avec le capteur photo frontal ou lecteur d’empreintes digitales au dos

-   Patchs de sécurité installés durant notre test : juillet 2020


 

Un smartphone qui respire l’entrée de gamme

On ne va pas se mentir. Que ce soit visuellement avec son menton assez prononcé ou en main avec sa finition plastique, le Realme C3 ne trompe pas concernant son positionnement entrée de gamme. Maintenant, l’assemblage et le design sont très loin d’être infâmes, tandis que la préhension est plutôt bonne. Rien d’inexcusable pour un smartphone à 150 euros.

Comme souvent en ce moment sur le smartphones, le bloc photo arrière dépasse. Ici, la position excentrée peut gêner en mode paysage pour le jeu ou la vidéo et rendre le smartphone instable lorsqu’il est posé sur la table.

Rien de spécial côté écran et son

Le Realme C3 propose le minimum syndical côté écran, avec une luminosité un peu limite pour un usage par temps ensoleillé et un manque de définition. Sans surprise, pas de rafraîchissement 90 Hz pour la fluidité dans la navigation ou les jeux. Là encore, c’est pardonnable au regard du segment tarifaire.

Côté audio, ça s’écoute, mais sans plus. Le son manque de relief et de puissance, surtout en extérieur. Exit aussi le rendu stéréo bienvenue en vidéo ou en jeu. Le son sort uniquement de la tranche inférieure. Bonne chose toutefois : on dispose du mini-jack dans la tranche inférieure.

Le minimum syndical en photo

Pas grand-chose non plus à attendre du côté de la photographie, malgré la présence de trois capteurs au dos. Peu de définition, pas de zoom optique, pas d’ultra grand-angle et pas de mode nuit. Les clichés seront à consulter depuis le smartphone et partager sur les réseaux sociaux. Rien de plus.

Une photo de jour avec ses versions zoomées 2x/4x (et moches, on peut le dire) :

D’autres photos de jour en extérieur, au rendu un peu terne et manquant de détails :

Des clichés avec du flou d’arrière-plan :

Des photos en mode macro :

Des selfies de jour et de nuit :

Des photos de nuit, en milieu urbain :

Un smartphone compatible B28

Le Realme C3 profite d’une compatibilité avec la 4G 700 MHz (B28) chère à l’opérateur de Xavier Niel.

Ci-dessous, les débits obtenus en intérieur avec les outils nPerf et RNC Mobile :

 

Ceux obtenus en extérieur :

 

Le smartphone est dual-SIM avec des emplacements SIM dédiés. Pas de slot hybride obligeant à sacrifier l’extension MicroSD. Une bonne chose.

Le jeu est envisageable

D’après nos propres tests, le Realme C3 permet de lancer des jeux vidéo tels qu’Asphalt 9 et Call of Duty. Pas avec les temps de chargement les plus courts et les graphismes à fond, mais sans saccade durant les parties et sans chauffe gênante. Pas mal pour un smartphone à seulement 150 euros.

Et qui dit smartphone peu puissant, dit smartphone peu gourmand. 10 minutes de COD nous grignotaient maximum 2 points de batterie.

Pour les amateurs de benchmarks, le Realme C3 n’affole pas les compteurs. Disk Speed indique en effet 107 Mo/s en écriture et 241 Mo/s en lecture dans l’outil Disk Speed. AnTuTu le place en dessous du Galaxy A51 que l’on peut trouver à moins de 300 euros aujourd’hui et dont avions d’ailleurs publié un test complet.

 

L’autonomie : son point fort

Avec une batterie d’une capacité de 5 000 mAh et une configuration assez modeste, le Realme C3 peut rester éloigné 2 jours du secteur, voire 3 jours dans le cas d’un usage modéré.

Ci-dessous, un exemple d’utilisation avec pas mal de multimédia : départ à 17h39 avec 100 % et arrivée le surlendemain à 14h13 avec 26 % :

-  Consultation et alertes Gmail / Twitter

-  10 minutes de streaming audio avec le son du smartphone

-  2 heures de streaming audio avec les écouteurs filaires

-  50 minutes de jeu avec le son du smartphone

-  15 minutes de jeu avec les écouteurs filaires

-  1 heure et 40 minutes de YouTube avec le son du smartphone

-  3 heures et 35 minutes de YouTube avec les écouteurs filaires

-  Surf sur Internet

-  SMS/MMS

-  Photos

-  8 mises à jour d’applications

-  1 téléchargement d’application

-  Tests de débits

-  Benchmarks

Dommage par contre qu’il faille se contenter d’un chargeur 10 Watts, qui plus est en Micro-USB. 

Ci-dessous, un suivi de charge :

-  14h27 : 32 %

-  14h32 : 36 %

-  14h49 : 48 %

-  15h13 : 64 %

-  15h26 : 73 %

-  15h45 : 84 %

-  16h06 : 94 %

-  16h39 : 100 %

Notez qu’un souci avec le chargeur accompagnant notre modèle de test nous a obligés à utiliser un chargeur compatible.

Android 10 avec l’interface Realme UI

Le Realme C3 s’accompagne d’une ROM Realme UI basée sur Android 10, assez complète en termes de fonctions (mode sombre, affichage ou non du tiroir d’applications, affichage ou non des boutons virtuels, barre latérale d’applications favorites, affichage multifenêtre ou gestes sur l’écran éteint) et de réglages, mais mériterait une meilleure organisation. Un exemple qui nous vient naturellement à l’esprit : l’indication du niveau de charge de la batterie non activée par défaut. L’option se retrouve dans la section “Notifications et barre d’état” au lieu d’être plus logiquement dans la section “Batterie”. 

 

Dans notre cas, nous avons remarqué pas mal de logiciels préinstallés type Facebook et Opera, mais également Lazada, Trip.com, Agoda et Webnovel. Fort heureusement, on peut supprimer ceux jugés inutiles. 

 

Au niveau des patchs de sécurité, une mise à jour intermédiaire nous a permis d’avoir ceux de juillet 2020. Ce ne sont pas les derniers en date, mais pas les plus vieux non plus. Quant aux deux solutions de verrouillage, elles fonctionnaient à merveille. Rien à signaler de ce côté-là.

 


VERDICT

Si l’on devait revenir un atout du Realme C3, c’est son autonomie atteignant facilement les 2 jours et pouvant aller jusqu’à 3 jours. Choses appréciables aussi : la possibilité de jouer à des jeux récents, la présence du mini-jack et la compatibilité B28. Côté finition, écran, son, photo et charge, on a revanche le minimum syndical. L’interface est assez complète, mais mériterait une réorganisation pour mieux s’y retrouver, autrement qu’en passant par le moteur de recherche intégré.