Malgré des pertes dues à la crise sanitaire, Iliad/Free poursuit sa croissance et triple son bénéfice net

Malgré des pertes dues à la crise sanitaire, Iliad/Free poursuit sa croissance et triple son bénéfice net

La pandémie actuelle n’aura finalement eu qu’une légère incidence sur les performances commerciales de Free, qui voit son chiffre d’affaire continuer à augmenter.

A l’instar d’Orange et Bouygues Telecom, Iliad/Free résiste à l’épidémie. Le groupe affirme avoir “absorbé les pertes financières liées à la crise Covid-19“, pertes s’élevant à 40 millions d’euros d’après Thomas Reynaud, le directeur général d’Iliad. Un impact assez léger, qui permet au groupe de conserver une bonne croissance sur les six premiers mois de l’année 2020.

Malgré un impact du Covid-19, la croissance est au rendez-vous pour Free/Iliad

La maison-mère de Free a enregistré une hausse de 6.8% de son chiffre d’affaires sur l’ensemble de ses activités durant le premier semestre 2020. En France, le bilan est lui aussi positif. L’opérateur a ainsi observé dans l’hexagone une croissance de son chiffre d’affaires de 1.8% sur le semestre, à 2.48 milliards d’euros. Sur la période avril-juin, la hausse s’élève de 1.9% à 1.24 milliards.

Sur le mobile, Free a vu ses comptes légèrement impactés par le Covid. S’il enregistre une bonne performance, avec notamment 105 000 recrutements nets comptabilisés sur ses offres 4G au deuxième trimestre 2020, le chiffre d’affaires a été touché à hauteur de 20 millions d’euros. En résulte un ralentissement de la croissance du chiffre d’affaires facturé aux abonnés, avec une hausse toutefois de 0.7% sur la période avril-juin. Sur les six premiers mois de l’année cependant, la tendance est à la hausse avec une augmentation de 5.2% du chiffre d’affaires, pour atteindre 1.04 milliards d’euros. L’opérateur note également que les revenus “Autres” (regroupant les revenus d’interconnexions entre opérateurs sur les services de voix et de SMS) ont augmentés de 1.5% sur le semestre, et sur le second trimestre grâce à une hausse du trafic voix consécutive au confinement de la population française. Ces revenus étaient habituellement en baisse avant l’épidémie.

Du côté des recettes sur le fixe, aidé par le recrutement de 243 000 nouveaux abonnés à la fibre optique, l’opérateur a engrangé 1,336 milliards d’euros au premier semestre dont, soit une hausse de 1.8% sur le début de l’année, avec une amélioration de 2.2% au second trimestre. A noter que Jaguar Network représente 12 millions d’euros dans le chiffre d’affaires d’Iliad.

L’excédent brut d’exploitation (EBITDAaL) est lui aussi en hausse de 5.6% sur le semestre. “Cette hausse aurait été plus marquée sans l’impact de la crise COVID-19 estimé à 20 millions d’euros. Les effets positifs de l’amélioration du mix d’abonnés mobile, de la hausse du nombre d’abonnés Fibre et la hausse de la couverture en propre sur le réseau mobile, sont partiellement compensés par l’impact de la crise COVID-19, et une hausse des charges liées au déploiement de nos réseaux Fibre et Mobile” explique la maison-mère de Free dans son communiqué.

Iliad triple son bénéfice, porté par une cession sur la fibre et la croissance de ses ventes 

Les six premiers mois de l’année ont permis à Iliad de plus que tripler son bénéfice net, qui atteint 208 millions d’euros à la fin de l’exercice. Cette performance est due notamment à la cession majorité du capital d’une société visant à accélérer le déploiement FttH en France à Infravia. A cette plus-value, s’ajoutent donc les bonnes performances en terme de ventes de Free dans l’hexagone, mais aussi en Italie, où Iliad représente désormais plus de 8% du marché mobile avec 6.3 millions d’abonnés.

Avec cette opération de cession et les bénéfices engrangés, Free peut ainsi réduire sa dette, qui passe à 3.73 milliards d’euros, contre 4.61 milliards un an plus tôt.

Avec la hausse des recrutements sur les offres fibre, mais aussi l’arrivée de la 5G en France dont les enchères devraient se dérouler le 29 septembre, Free devrait avoir une fin d’année plutôt chargée en terme d’investissements. L’opérateur a ainsi revu à la baisse ses objectifs financiers. Ainsi, Free prévoit atteindre un solde EBITDAaL moins investissements (hors B2B) supérieur à 700 millions d’euros en 2020 (contre 800 millions précédemment) et à 900 millions environ en 2021 (contre 1 milliard annoncé en mai dernier).

Malgré ces bons résultats, Free reste assez prudent et est bien conscient du ralentissement de l’activité économique entraîné par l’épidémie. Si les pertes ont été pour l’instant absorbées, “ cette épidémie pourrait impacter le Groupe Iliad et ses objectifs comme l’ensemble des entreprises évoluant dans le secteur des télécommunications” affirme Iliad. Il cite notamment la problématique de la pénurie de certains composants électroniques, ainsi que le ralentissement du déploiement de ses réseaux Fixe et Mobile.