Solide, Free monte en puissance sur le mobile et séduit davantage les abonnés malgré la crise sanitaire

Solide, Free monte en puissance sur le mobile et séduit davantage les abonnés malgré la crise sanitaire

Après avoir confirmé son regain de forme lors des trois premiers mois de l’année, Free passe à la vitesse supérieure en signant un second trimestre très solide sur le mobile.

L’opérateur de Xavier Niel résiste à la crise et même mieux encore, il retrouve un peu plus son rang sur le mobile. Comme prévu, l’opérateur dévoile ce matin ses résultats pour le 1er semestre mais aussi pour le deuxième trimestre. Free confirme son redressement commercial en recrutant 80 000 nouveaux abonnés sur la période, un gain net pour le 3ème trimestre consécutif. L’amélioration du réseau Free Mobile et du mix d’abonnés sans oublier les nombreuses ventes privées portent leur fruit.

L’ex-trublion se place ainsi derrière l’imbattable Bouygues Telecom (+161 000) et SFR (99 000) mais devance largement Orange (29 000), une première depuis 2 ans. Autre point de satisfaction, “la montée en gamme de la typologie des abonnés se poursuit, avec le recrutement de 105 000 abonnés sur les offres 4G au 2ème trimestre”, précise l’opérateur, soit près de 8,4 millions d’abonnés à fin juin. Dans le même temps, l’opérateur a perdu 25 000 abonnés sur son forfait à 2€, son talon d’Achille. La base total de l’opérateur s’élève désormais à 13,406 millions d’abonnés.

De son côté, le revenu moyen par abonné (ARPU) apparaît en hausse de 3,3% en un an, à 10,2 euros en moyenne au 2ème trimestre, “démontrant le succès de la montée en gamme progressive de la base d’abonnés”.

Malgré ces bonnes performances, la croissance a subi au cours du trimestre des impacts liés à la crise COVID-19, confie l’opérateur, “dont les efforts commerciaux consentis durant le confinement ainsi que la baisse des revenus de roaming liée à la paralysie des transports internationaux.”

Si le chiffre d’affaire mobile est en hausse de 5,2% à 1,041 milliards d’euros au 1er semestre, il n’atteint que 0,7% au second trimestre. “La performance du mobile au deuxième trimestre a été impactée négativement par la crise COVID-19 à hauteur d’environ 20 millions d’euros”, indique sa maison-mère. Free se replace malgré tout dans la course sur ce segment.

A lire aussi : 

Free redevient le premier recruteur sur le fixe après 7 ans de disette, plus personne ne l’arrête sur la fibre avec 243 000 nouveaux abonnés au second trimestre.