Exposition aux ondes : la législation évolue pour mieux informer le consommateur

Exposition aux ondes : la législation évolue pour mieux informer le consommateur

Ce mercredi 1er juillet, la législation autour du DAS évolue. L’affichage de la mesure s’étend en effet à davantage d’appareils radioélectriques, afin de mieux informer le grand public concernant l’exposition aux ondes.

L’Agence Nationale des Fréquences, le gendarme des ondes en France, l’avait indiqué l’année dernière. La législation autour du DAS (Débit d’Absorption Spécifique) était amenée à évoluer, afin d’éclairer davantage les consommateurs dans un contexte de multiplication des appareils les exposant aux ondes.

Plus concrètement, l’obligation d’affichage du DAS devait s’étendre au-delà des téléphones mobiles, pour concerner l’ensemble des équipements radioélectriques prévus pour un usage à proximité du corps humain et dont la puissance moyenne maximale est supérieure à 20 mW. De quoi ainsi englober certaines montres connectées, les casques sans-fil et les tablettes tactiles.

Comme prévu, la mesure entrera en vigueur le 1er juillet 2020, soit demain, et s’appliquera à tout appareil dont la mise sur le marché interviendra après cette date. Le DAS devra être indiqué dans les notices et les publicités, mais également sur les lieux de vente à proximité des appareils concernés. Comme l’avait indiqué l’ANFR, qui veillera évidemment au respect des nouvelles règles avec des contrôles dès le mois de juillet, l’obligation d’information vaudra également lors de la distribution à titre gratuit.

Dans une vidéo publiée pour l’occasion, la mascotte Hertzi de l’ANFR vous dit tout sur le DAS :