Grâce aux Freebox connectées ou déconnectées, visualisez les Freenautes qui sont partis, puis revenus à leur domicile à la fin du confinement

Grâce aux Freebox connectées ou déconnectées, visualisez les Freenautes qui sont partis, puis revenus à leur domicile à la fin du confinement

Francois04, propose une outil qui estime le nombre d’abonné ADSL et FTTH de Free en fonction du nombre de Freebox connectées au réseau, au niveau du NRA ou NRO. Tout cela est bien sûr anonyme, puisqu’il n’est pas possible de connaitre qui est l’abonné derrière chaque connexion.

Grâce à cet outil, francois04 a pu donné une estimation des Freenautes qui avaient quitté leur domicile durant le confinement (et qui étaient allés dans leur résidence secondaire ou dans leur famille par exemple). 

Mais on constate que le nombre de Freebox connectées, a progressivement augmenté, et surtout depuis le 11 mai, date de la fin du déconfinement. Francois04 explique sur son site  :” Le nombre de détections qui avait baissé entre le 15 et le 22 mars, au début de la période de confinement, a cependant retrouvé le niveau de début mars, en raison des retours de début mai à domicile et de l’augmentation du nombre de connexions sur la période. Le profil de la baisse de mars est abrupt, comparable avec celui observé fin décembre de chaque année, la remontée est beaucoup plus progressive et se poursuit pendant la période de déconfinement en cours”’

Le graphique ci dessous présente la comparaison des détection de Freebox, entre l’année 2019 et l’année 2020. On visualise assez nettement la baisse à partir du 17 mars et le remontée jusqu’au 11 mai. On peut également noter que “ces graphiques semblent montrer que malgré la crise sanitaire en cours, le nombre d’abonnés continue à croître lentement.”

Après une mise à jour des estimations, suite à la publication des résultats de Free, Francois04 indique également que “le nombre de connexions fibre (FTTH) estimé a franchi le seuil symbolique des 2 millions au début du mois de mai (5 mai). Cette estimation peut être sous-estimée en raison des départs de la région parisienne en raison de l’épidémie du Covid-19.