Coronavirus : Kickstarter pourrait remercier 45 % de son personnel

Coronavirus : Kickstarter pourrait remercier 45 % de son personnel

La plateforme de financement participatif enregistre une baisse de 35% des projets présentés sur son site. Le licenciement de presque la moitié des salariés serait envisagé.

Pour certains services comme Netflix ou encore Spotify, le confinement est largement profitable. Malheureusement pour d’autres, c’est une autre histoire comme c’est le cas pour le site Kickstarter. 

En effet, la plateforme de financement participatif Kickstarter subit les foudres du Covid-19. En effet, le nombre de projets postés sur le site Web a été frappé d’une nette diminution de 35%, ce qui se traduit par de lourdes pertes financières pour l’entreprise.

Le PDG de la plateforme, Aziz Hasan, n’a rien caché des problèmes économiques de la société dans une lettre interne, écrite le 20 avril, destinée à 140 employés que le média américain The Verge a réussi à obtenir.

Le responsable avait déclaré dans ce document : « Le nombre de projets est inférieur d’environ 35 %, par rapport à ce qu’il était à la même période l’année dernière, sans signe clair de rebond. Par conséquent, le volume de nos promesses de dons et nos revenus sont également en forte baisse ». 

Pour cette raison, Kickstarter pourrait se séparer de presque la moitié de ses effectifs. Un syndicat représentant les employés du site Web, l’Office and Professional Employees International Union (OPEIU), a convenu d’un accord de licenciements. Ce dernier stipule que les salariés impactés par cette manœuvre bénéficieront d’une libération des clauses de non-concurrence, ainsi que de quatre mois d’indemnité de licenciement. En fonction de leurs salaires, les frais de santé des employés remerciés seront également couverts par la société, pour une durée de six mois maximum.

Bien que le syndicat évoque le licenciement de 45% des effectifs de Kickstarter, David Gallagher, un porte-parole de la plateforme, a précisé au média américain que l’entreprise « n’a fait aucune déclaration sur l’ampleur potentielle des licenciements. »