COVID-19 : après Google, au tour de Facebook de publier ses données pour lutter contre l’épidémie

COVID-19 : après Google, au tour de Facebook de publier ses données pour lutter contre l’épidémie

Les géants du numérique mettent la main à la pâte durant la crise sanitaire actuelle, Facebook y compris.

Les données semblent présenter un véritable atout pour comprendre l’épidémie de Coronavirus dans le monde. Orange et SFR partagent certaines données avec des instituts de santé, Google publie lui même ses rapports basés sur les données de ses utilisateurs et maintenant, Facebook annonce également contribuer à l’effort collectif.

Des données mises à disposition de diverses institutions

Il s’agirait, comme toujours, de données agrégées et anonymisées par le réseau social. Celui-ci affirme qu’il ne recevrait pas les données de santé partagées avec les chercheurs. Les chercheurs en question auront quant à eux qu’un “identifiant généré aléatoirement” et une donnée permettant de limiter les biais statistiques. Toujours dans un souci de protection des données, Facebook explique qu’elles subiront des “traitements supplémentaires pour dissimuler l’identité des personnes et réduire le risque que quiconque puisse être ré-identifié”.

Cette initiative prend place dans le cadre du programme de Facebook “Data for Good” utilisé notamment pour aider les organisations humanitaires. L’université PSL, partenaire notamment du CNRS, de l’INRIA et de l’INSERM, a rejoint le programme et recevra ainsi trois types de cartes se basant sur les données du réseau social.

La première permettra par exemple de révéler ” la probabilité qu’une personne dans une zone particulière rentre en contact avec une autre personne d’une autre zone “. Ainsi, il sera plus facile d’identifier les zones où le COVID-19 pourrait apparaître, à l’échelle d’un pays.

Une seconde quant à elle quantifiera les liens sociaux entre les habitants de différentes régions. Une façon d’aider à prévenir la propagation de la maladie en voyant quelles régions auront besoin d’aide. Une autre facette de l’épidémie pourra également être analysée ; la corrélation entre le lien social et la résilience de la pandémie.

Et un troisième outil permettra quant à lui de visualiser le respect du confinement à l’échelle régionale. Réduction du nombre de déplacements etc… Tout autant d’indicateurs permettant de suivre l’épidémie actuelle de plus près afin de faire en sorte que la crise soit gérée au mieux.

Source : France info