COVID-19 : SFR annonce mettre les données de ses abonnés à disposition pour étudier l’épidémie

COVID-19 : SFR annonce mettre les données de ses abonnés à disposition pour étudier l’épidémie

Après Orange, c’est désormais SFR qui partage les données anonymisées de ses utilisateurs dans le cadre de la lutte contre le Coronavirus.

Les opérateurs mettent la main à la pâte dans cette crise sanitaire. Orange fait déjà usage des données de géolocalisation de ses utilisateurs en partenariat avec l’INSERM pour constater les flux de la population, et SFR a annoncé à son tour mettre à disposition des données permettant de mesurer les déplacements de la population.

Les données des utilisateurs, une denrée utile pour comprendre la crise

L’opérateur avait déjà déclaré être prêt à signaler les regroupements de personnes aux autorités avec une utilisation de ses données au début de la crise. SFR a donc fourni plusieurs jeux de données à l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris (AP-HP) et à l’Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique (INRIA). L’opérateur rappelle que ces données sont agrégées et donc anonymisées, tout comme celles collectées par Orange, et ne permettent pas de localiser les individus.

Les jeux de données concernant le mois de mars ont ainsi été fournis pour être étudiés, afin de représenter les déplacements entre l’Île-de-France et les autres régions françaises sur le mois de mars. Un complément d’information donc à ce qu’annonçait Stéphane Richard grâce à l’étude de ses données par l’INSERM : plus d’un million de Franciliens ont quitté le Grand Paris lors de l’annonce du confinement.

SFR utilise pour cela une solution créée en 2016, SFR Géostatistics. Elle permet de réaliser ” des analyses statistiques sur les déplacements et la fréquentation sur des zones géographiques multiples, jour par jour et sur des périodes étendues“. Le but de ces données est clair : “une représentation plus précise à l’échelle du territoire et étendre les périodes d’observation“. Avec cette représentation, il sera ainsi possible d’établir des corrélations entre mouvements des populations et risques épidémiologiques sur l’ensemble du territoire.

Les opérateurs auront donc joué un rôle dans l’étude de cette crise. D’ailleurs, pour le patron d’Orange, la technologie est indispensable pour gérer la situation inédite dans laquelle le pays se trouve actuellement.