Après Netflix, YouTube et Prime Video, Disney annonce qu’il va réduire la qualité de ses vidéos

Après Netflix, YouTube et Prime Video, Disney annonce qu’il va réduire la qualité de ses vidéos

Disney s’aligne sur les mesures prises par les autres services de streaming vidéo. Lui aussi va limiter la qualité de diffusion de ses vidéos.

En pleine période de confinement de la population sur fond d’épidémie de coronavirus et de craintes concernant la congestion des réseaux, des efforts ont été demandés par le gouvernement français et les opérateurs télécoms aux plates-formes de streaming vidéo, afin de limiter l’importante charge découlant de leur utilisation. Netflix, Prime Video et YouTube ont ainsi pris des mesures en ce sens, de manière à libérer de la bande passante pour les usages prioritaires comme le télétravail ou les cours en ligne.

Disney participe à l’effort

Des efforts qui s’adressent également à Disney, avec le lancement très attendu de son service Disney+. Stéphane Richard, le PDG d’Orange, avait ainsi appelé à décaler ce lancement. La demande a visiblement été entendue puisque le lancement de Disney+ en France a été reporté au 7 avril, au lieu du 24 mars prévu initialement.

En parallèle, le géant américain a convenu, avec Thierry Breton, Commissaire européen au marché intérieur, d’une qualité de diffusion réduite à son lancement en Europe. “En prévision d’une forte demande pour Disney+, nous mettons en place de manière proactive des mesures pour réduire l’utilisation globale de la bande passante d’au moins 25% dans les pays lançant Disney+ le 24 mars”, a-t-il indiqué dans un communiqué.

Et d’ajouter  : “Dans les prochains jours, nous surveillerons le trafic Internet et travaillerons en étroite collaboration avec les fournisseurs d’accès pour, si nécessaire, réduire davantage les débits et nous assurer qu’ils ne sont pas surchargés par la demande des utilisateurs”. À voir maintenant si ce mode “dégradé” sera encore d’actualité lors du lancement en France.

Et SFR y veillera

Interrogé sur la possibilité de brider Disney+, le directeur général de SFR a en tout cas indiqué que la chose n’était pas à l’ordre du jour, mais que “des mesures en ce sens” seraient prises si nécessaires, avec comme objectif de “garantir une continuité de service aux priorités du pays et des Français”.