La 4G de Free Mobile refusée par des riverains et des élus, malgré les arguments de l’opérateur

La 4G de Free Mobile refusée par des riverains et des élus, malgré les arguments de l’opérateur

Direction Langrune-sur-Mer, dans le Calvados, où Free Mobile a du abandonner un projet d’installation d’antenne-relais face à l’opposition des riverains et des élus locaux.

C’est au cours d’un conseil municipal que le maire de cette commune a dressé le bilan du projet de Free Mobile et son historique. L’opérateur avait fait une demande pour installer un pylône de 33 mètres sur un terrain privé agricole dans cette commune, que le maire Jean-Luc Guingouain, et son conseil avaient refusé en juin après réception du dossier. La raison du refus était surtout une question d’un besoin de dissimulation de l’antenne-relais, et le maire a précisé que plusieurs lieux ont été soumis à l’opérateur, puis en janvier, les deux parties sont tombées d’accord sur un emplacement potentiel : le clocher de l’église.

L’opérateur était présent durant ce conseil municipal, pour répondre aux questions des habitants. Ceux-ci ne semblent guère avoir apprécié le représentant de Free d’après les dires de nos confrères de Ouest-France, le maire a été obligé de suspendre la séance face à la colère des riverains. Une fois les tensions retombées, Jean-Luc Guingouain a donné la parole à ses administrés, qui ont questionné l’opérateur concernant la pollution visuelle mais également les conséquences de l’antenne-relais sur la santé. Sur ce point, le représentant aurait simplement répondu “Je ne suis pas médecin”, et a également développé la raison de la volonté d’implantation de Free Mobile dans la commune.

La nécessité d’une couverture Free vient du fait de l’arrêt par l’État de l’itinérance fin 2020. Une redevance annuelle de 5 000 € serait versée à la commune par Free, qui s’engage à payer tous les travaux, chiffrés à 18 000 €. Un site Free, c’est 300 000 €. Le déploiement de Free mobile est nécessaire, en particulier pour les jeunes qui utilisent ce mode de communication et de travail.“’ Malgré ce plan détaillé, Free n’a finalement pas été entendu par les riverains et les élus ont finalement émis un avis défavorable pour l’implantation du site. Le représentant de l’opérateur a donc confirmé, face à la prise de position ferme, que le projet d’installation sur le clocher était bien abandonné. Un autre terrain a été proposé, mais Free le juge trop près d’un site déjà existant.