La 5G sera plus sécurisée et l’Europe réfléchit à des moyens légaux pour continuer à intercepter les communications

La 5G sera plus sécurisée et l’Europe réfléchit à des moyens légaux pour continuer à intercepter les communications

Un groupe de travail a été mis sur pied par l’Union européenne. Il s’agit de trouver des moyens légaux pour continuer à intercepter les communications, avec une 5G qui s’annonce plus sécurisée.

Comme l’a récemment rappelé Börje Ekholm, PDG de l’équipement télécom Ericsson, concernant les inquiétudes autour de la sécurité des réseaux, la 5G a justement été pensée “avec la sécurité à l’esprit”, ce qui “n’était pas le cas pour la 4G”. Si cela sonne plutôt bien aux oreilles des consommateurs, cela pourrait s’avérer problématique pour les enquêtes, avec notamment le numéro IMSI (International Mobile Suscriber Identity) qui permet d’identifier l’usager et qui se retrouve chiffré en 256-bit.

Voilà pourquoi l’Union européenne réfléchit à des moyens légaux qui permettraient de continuer à localiser les personnes et intercepter les communications dans le cadre d’une enquête. “Nous travaillons ensemble pour identifier les moyens appropriés pour préserver des possibilités légales d’intercepter des échanges dans le cadre des réseaux 5G”, a en effet indiqué Ylva Johansson, la commissaire européenne aux Affaires intérieures.

L’UE a en effet mis sur pied un groupe de travail avec Europol et les États membres, dont l’objectif sera d’adapter le cadre légal des interceptions de communication aux renforcements de la sécurité apportés par la 5G. Avec des constructeurs qui rejettent l’idée d’installer des backdoors sur leurs smartphones au nom du respect de la vie privée, un cadre légal apparaît comme le seul moyen d’accès aux données. Elle pourrait passer par un compromis, celui d’un affaiblissement du niveau de sécurité.

Source : L’Usine Digitale