5G en Europe : la Commission européenne veut une concurrence “saine et loyale” pour les équipements

5G en Europe : la Commission européenne veut une concurrence “saine et loyale” pour les équipements

Thierry Breton, commissaire européen en charge du Numérique et ex-PDG de France Télécom, ne veut pas évincer les acteurs non européens du déploiement de la 5G sur le Vieux Continent. Il veut simplement une concurrence “saine et loyale”.

Invité sur le plateau de BFM Business, Thierry Breton, commissaire européen en charge du Numérique, est revenu sur la polémique autour du choix des équipements réseau pour le déploiement de la 5G en Europe. Rappelant qu’il est indispensable que l’Europe soit “maîtresse de son destin en matière de technologies-clés”, celui-ci a indiqué se pencher sur le dossier de la 5G, où il y a un retard, mais également commencer à réfléchir à propos de la 6G.

Au-delà des questions de sécurité des réseaux 5G, l’ancien PDG de France Télécom (2002-2005) et ancien ministre de l’Économie (2005-2007) a insisté sur la nécessité d’une concurrence “saine et loyale”. S’il n’est pas question d’empêcher les acteurs non européens comme Huawei, Thierry Breton veut que la concurrence ne soit pas biaisée au niveau des prix avec des acteurs qui bénéficieraient “d’aides d’État”. Il note d’ailleurs qu’“il faut évidemment avoir des fournisseurs européens” et qu’il est dans son rôle lorsqu’il “incite les opérateurs européens plutôt à choisir européen”, comme Ericsson et Nokia. Surtout avec deux acteurs existants, dont “un qui est extrêmement performant”, “tellement performant qu’il équipe aujourd’hui quasiment 100 % du marché américain”.

Il est enfin revenu sur l’idée d’une réponse européenne déjà mise sur la table par Angela Merkel, la chancelière allemande. Thierry Breton rappelle que les réseaux sont peut-être nationaux, mais également “interconnectés”. Et d’ajouter qu’“il est indispensable que l’Europe ait une position commune”. Cela se traduira notamment par “la création d’un centre de compétences de cybersécurité qui précisément sera chargé, au niveau européen, de définir ces normes pour le continent”.