Bouygues Telecom cherche 2 milliards d’euros pour fibrer ses sites mobiles et co-financer le déploiement en zone AMII avec Orange et SFR

Bouygues Telecom cherche 2 milliards d’euros pour fibrer ses sites mobiles et co-financer le déploiement en zone AMII avec Orange et SFR

Bouygues Telecom voit la vie en fibre et recherche des investisseurs prêts à débourser 2 milliards d’euros dans la réalisation de deux projets : “Saint-Malo” et “Asterix”.

Si Free a dores et déjà fibré la majorité de ses sites mobiles en amont de l’arrivée de la 5G, c’est loin d’être le cas pour Bouygues Telecom. Désireux de ne pas louper le coche sur le déploiement de cette nouvelle technologie, l’opérateur cherche des investisseurs pour raccorder ses pylônes en fibre optique. Baptisé “Saint-Malo”, ce projet pourrait aboutir en 2020. Bouygues a d’ailleurs fait appel à des banques, chargées de sonder les investisseurs, pour un financement espéré d’1 milliard d’euros, révèle Les Echos. Et d’ajouter que l’opérateur “construirait le réseau fibre pour le compte de l’investisseur, et lui achèterait ensuite des services”. Interrogé sur ce projet, Bouygues a fait par de son souhait de conserver les infrastructures actives, laissant le passif à l’investisseur.

Fibrer ses sites mobiles à l’instar de Free très en avance sur ce point, est d’une importance cruciale en vue de l’arrivée de la 5G. Interrogé sur le sujet par 01 Net début novembre, Victoria Lonker, vice-présidente de l’opérateur américain Verizon lequel a lancé la 5G il y a un an, a estimé que plusieurs facteurs doivent être réunis pour un lancement réussi de la 5G dans un pays. “Le premier impératif, c’est que les stations de base mobiles soient reliées en fibre optique. Or, j’ignore si tous les opérateurs français remplissent ces conditions. Notre aimons dire en plaisantant qu’« il faut beaucoup de fils pour faire du sans fil ». Par extension, je dirais qu’il faut beaucoup de fibre optique pour faire de la 5G.”

Dans ce projet, Bouygues Telecom prévoit également de développer un réseau fibre à destination des entreprises.

Cofinancer le déploiement de la fibre en zones moyennement denses

L’opérateur planche également sur un autre projet, moins abouti, baptisé “Asterix”. Celui-ci permettrait à Bouygues de co-financer avec Orange et SFR le déploiement de la fibre en zone AMII. De quoi lui ouvrir l’accès aux lignes déployées à des tarifs préférentiels.Selon Bloomberg, ces deux projets nécessitant au total un investissement de 2 milliards d’euros permettraient à l’opérateur de Martin Bouygues de co-financer 4 millions de prises supplémentaires. L’objectif est de rattraper son retard sur ses concurrents. Pour rappel, au troisième trimestre, Bouygues a recruté 110 000 nouveaux abonnés fibre, une performance notable, derrière Free (210 000) et Orange (178 000).