Free Mobile veut arroser une commune en 4G mais le camouflage de l’antenne pose problème

Free Mobile veut arroser une commune en 4G mais le camouflage de l’antenne pose problème

Direction la commune de Villette dans les Yvelines où Free Mobile prévoit d’implanter un pylône de 25 mètres de haut. Après avoir été refusé par le conseil municipal, le projet a finalement reçu un avis favorable après révision du dossier. Mais aujourd’hui, certains élus ne sont pas convaincus et souhaitent négocier avec Free Mobile sur “la forme de l’antenne”.

Bien difficile parfois pour les opérateurs de généraliser la 4G sur le territoire. Souvent, des collectifs craignent l’impact des ondes sur la santé, d’autres fois, c’est la pollution visuelle qui pose problème. A Villette, les élus donnent du fil à retordre à Free Mobile. Initialement, l’opérateur a souhaité implanter un pylône de 30 mètres en forme de cheminée. Mais la mairie a refusé le projet, après l’avis négatif des Bâtiments de France (BDF) car la parcelle est située sur un site classé, rapporte actu.fr. Par la suite, Free Mobile a décidé de réduire de 5 mètres la hauteur de son installation (25 mètres) en proposant un “rideau d’arbres” en guise de camouflage. Le 18 octobre dernier, le conseil municipal s’est prononcé favorablement, “d’une courte voix”, poursuit le site d’information. Ce jour-là, l’ancien maire a démissionné bien que son départ était déjà prévu depuis longtemps. 

Seulement, des élus de la majorité ne l’entendent pas de cette oreille en mettant en ligne une pétition dans le but de ramener Free à la table des négociations. Ceux-ci dénoncent une mauvaise intégration dans le paysage. « C’est une cheminée d’usine, en lisière de forêt. Les gens s’installent ici pour le cadre de vie, la beauté du paysage », lance l’une d’entre eux. En réponse, une autre élue favorable au projet, explique que le pylône d’Orange est caché de la même manière et ne se voit pas. “On espère pouvoir négocier avec Free sur la forme de l’antenne. Ça s’est déjà fait ailleurs », insiste pour sa part une conseillère municipale.

De son côté, l’opérateur de Xavier Niel a fait savoir dans mail, que la loi ne permet pas de faire machine arrière sur les décisions en matière de règles d’urbanisme autour de l’implantation d’antennes. Le nouveau maire ne sait pas sur quel pied danser et souhaite “la meilleure installation possible” en privilégiant aujourd’hui la voie de la négociation.