Orange, Free et SFR ciblés par la plainte d’un concurrent à la Réunion

Orange, Free et SFR ciblés par la plainte d’un concurrent à la Réunion

A la Réunion, la procédure d’attribution des fréquences aurait placé un petit opérateur en désavantage face aux géants venus de la métropole.

Zeop se considère dans la position d’un David contre trois Goliaths. Le petit opérateur familial présent à la Réunion se démène face à la concurrence et a décidé de porter plainte devant le Conseil d’État, dont le résultat est attendu bientôt. Le coeur du conflit est l’attribution des fréquences basses utilisées dans le réseau mobile.

La procédure s’est terminée en mai dernier, plusieurs lots de fréquences ayant été mises aux enchères. Durant le premier tour de l’attribution, chaque opérateur s’est vu remettre un lot de 5MHz dans la bande 700MHz puis deux autres lots ont été proposés au plus offrant.  Un format qui empêchait forcément les plus petits acteurs de faire jeu égal avec les plus gros poissons comme Orange, SFR ou Telco OI.

A la suite de ces enchères, Zeop Mobile ne sera que très faiblement doté avec un bloc de 5 MHz dans la bande des 700MHz tandis que la concurrence en possèdent 5 à 6 fois plus dans l’ensemble des bandes basses. L’opérateur implanté de longue date se retrouve donc avec le plus petit bloc possible. « Nous ne demandons pas d’argent ou des subventions. Nous demandons juste de pouvoir travailler de façon normale »explique Nassir Goulamaly, PDG de la maison-mère. Le Conseil d’État doit ainsi se prononcer prochainement sur la légalité du processus instauré par l’Arcep.

Source : Economie Matin