Free ne propose pas l’Adsl aux foyers éligibles à la fibre et tacle certains rivaux

Free ne propose pas l’Adsl aux foyers éligibles à la fibre et tacle certains rivaux

Comment inciter davantage les foyers français à opter pour la fibre ? La réponse serait dans le prix. Pour sa part, Free ne propose plus l’Adsl aux logements éligibles au FTTH et dénonce les pratiques de certains rivaux.

Lors du colloque d’automne “Territoires et Réseaux d’Initiative Publique (TRIP)” de l’Avicca en présence des opérateurs d’infrastructures et des représentants des opérateurs, Free a justifié avant-hier sa décision de ne plus proposer d’offres adsl aux logements éligibles à la fibre. L’occasion de lancer une pique à ses rivaux et de déplorer que certains concurrents continuent à commercialiser du cuivre à prix cassé “sur des immeubles totalement fibrés”, rapporte Degroupnews sur Twitter.

Aujourd’hui, seul Free propose des offres adsl et fibre au même prix, une politique lui permettant de ne plus commercialiser l’adsl chez les foyers fibrés. De leur côté, Orange, SFR et Bouygues appliquent des tarifs plus élevés sur le FTTH. Partant de ce postulat, il est donc plus difficile pour eux en suivant cette stratégie tarifaire d’encourager à migrer vers la fibre.

Après avoir baissé il y a quelques mois le tarif de ses abonnements fibre Bbox Must et Ultym alors moins onéreux que ses offres ADSL la première année, Bouygues Telecom a revu la semaine dernière discrètement à la hausse le prix de ses deux formules, désormais au même prix que ses offres haut débit pendant 12 mois mais toujours plus chères la seconde année. Son effort d’incitation tarifaire fait donc du yoyo.

Pour autant, les lignes commencent à bouger. Lors du TRIP, Orange et Free se sont accordés “sur la nécessité de fermer les accès cuivre sur les zones fibrées pour encourager les particuliers et les entreprises à migrer à une offre en fibre optique” fait savoir InfraNum, le fédération regroupant plus de 200 entreprises représentatives de l’ensemble des métiers de la filière des Infrastructures du numérique. Néanmoins, les deux opérateurs ne sont en revanche pas d’accord sur les modalités tarifaires. L’opérateur historique a émis la possibilité “d’avoir des tarifs plus élevés pour les produits cuivre.” Il y a tout juste un an, Stéphane Richard, PDG d’Orange, a estimé qui il serait davantage nécessaire d’augmenter les prix de l’ADSL afin d’encourager les Français à opter pour la fibre.

Dans sa réponse au bilan et perspectives de l’Arcep, InfraNum propose quant à lui un système équitable qui permet de fournir une incitation tarifaire au client final, tout en finançant les déploiements en fibre optique via le FSN.

 

La proposition d’InfraNum

 

Dans le même temps, Free milite pour une “fermeture du cuivre à marche forcée” et s’en explique : “le secteur des télecoms n’a pas les moyens d’entretenir deux boucles locales”. L’opérateur de Xavier Niel veut ainsi un processus de fermeture “beaucoup plus agressif” que sur le RTC.