Les investissements d’Orange, Free, SFR et Bouygues dans les réseaux atteignent de nouveaux sommets

Les investissements d’Orange, Free, SFR et Bouygues dans les réseaux atteignent de nouveaux sommets

L’investissement est une des pierres angulaires des réseaux des opérateurs et après 10 années de recul, leur revenu renoue avec la croissance.

Le déploiement des réseaux a un coût et les opérateurs continuent de dépenser davantage chaque année. La 5G et la fibre sont au coeur de la stratégie d’Orange, Free et consorts, il y a de plus en plus d’abonnés fibre en France et désormais environ 3 millions d’abonnés utilisant la 5G en métropole au 1er janvier 2022, explique l’Arcep. Pour continuer sur cette lancée de gains d’abonnés, les réseaux doivent suivre.

Investissements records dans la 5G et la fibre optique

Pas de répit pour le porte-monnaie des opérateurs. Depuis 2014, Orange, Free, SFR et Bouygues investissent de plus en plus dans les réseaux fixes et mobiles et 2021 ne fait pas exception. L’année précédente avait marqué un pic d’investissement global avec la dépense de 2.8 milliards d’euros en fréquences 5G, mais les investissements hors achats de fréquences n’étaient que de 13.4 milliards d’euros. En 2021, les opérateurs ont dépensé tous ensemble 14.9 milliards d’euros dans le déploiement de leurs réseaux, sans compter les achats de fréquence mobiles, soit une progression de plus de 10% en un an et 15.5 milliards d’euros en les comprenant. Les déploiements dans les boucles locales fixes et mobiles à très haut débit
représentent 8,5 milliards d’euros investis, en croissance de 12% par rapport à 2020, soit 910 millions d’euros supplémentaires investis en un an.

Cet accroissement annuel est porté à la fois par la progression des montants investis dans les déploiements des boucles locales fixes très haut débit, et notamment celles en fibre optique de bout en bout, avec + 625 millions d’euros en un an, et également par celle des investissements dans les boucles locales mobiles à très haut débit dont la croissance se poursuit pour la deuxième année consécutive (+ 285 millions d’euros en 2021), portés par les déploiements dans les réseaux 5G” détaille le régulateur. A titre d’indication, Free déclare couvrir 83% de la population en 5G, SFR pour sa part annonçait 52% de couverture 5G en février dernier.

Les revenus renouent avec la croissance après 10 ans de recul

Au total, les revenus des opérateurs atteignent 36, 1 milliards d’euros hors-taxe avec une hausse de 25% en un an.Une croissance portée par le marché mobile. En 2021, la croissance du revenu des services mobiles s’élève à près de 5%. L’Arcep explique cela par la reprise des usages en itinérance à l’étranger à partir du deuxième trimestre 2021 mais également par le fait que la vente de terminaux ait retrouvé son niveau d’avant la crise avec une croissance de 7%. “ Dans une moindre mesure, cette progression du revenu des opérateurs s’explique également par la poursuite de la croissance du revenu des services fixes entamée en 2020, et en particulier de celui lié à la vente des abonnements à haut et très haut débit : + 4 % en un an en 2021” explique le gendarme des télécoms.

En effet le prix des services internet fixe à haut et très haut débit a augmenté pour la deuxième année consécutive. Avec une hausse de 5% en 2021, ces derniers restent cependant bien inférieurs au niveau des prix observé en 2018, date à laquelle ils ont enregistré une forte chute. Les offres sur les technologies DSL participent le plus à l’augmentation des prix en 2021 (+ 7 %), mais les prix des offres fibre progressent également (+ 4 %). Du côté du mobile, rien a signaler en terme d’évolution des tarifs : “la baisse des prix des services avec subventionnement du terminal compense la hausse des prix des offres non subventionnées” précise l’Arcep.