Internet est coupé depuis deux mois, Orange en retard dû au manque de stock

Internet est coupé depuis deux mois, Orange en retard dû au manque de stock

Depuis le passage de la tempête Eunice en février dernier, plusieurs foyers du Pas-de-Calais se retrouvent privé de connexion. Un problème général qu’Orange a du mal à gérer, en manque de poteaux.

“Ça fait deux mois que ça dure !”, le ras-le-bol général de plusieurs habitants de Libercourt pour qui la situation ne peut plus durer. Le poteau acheminant la connexion dans son quartier a été couché par les rafales de vent de la tempête Eunice et depuis le 18 février, la connexion n’est jamais revenue. “On nous a offert 100 Go par mois pour patienter, mais ce n’est clairement pas suffisant” ajoute une habitante, tandis qu’un autre ne peut tout simplement pas profiter de cette option, ne possédant pas de smartphone.

Si les habitants touchés ont tenté de contacter leur opérateur, ils sont renvoyés directement à Orange qui est le seul à intervenir. Le problème est identifié : dans la cité de Garguetelles non loin, un poteau a été déraciné et Orange admet que l’événement météorologique “a fait subir beaucoup de dégâts au niveau des poteaux dans la région“. De telles situations peuvent être généralement résolues via le remplacement de l’équipement, prenant “trois semaines à un mois mais là, ça a effectivement pris du retard” reconnaît l’opérateur historique.

Un manque de stock qui prolonge donc l’attente de ces abonnés, pour qui Orange ne peut que répondre  espérer dans les prochaines semaines recevoir le matériel nécessaire. Si de nouvelles mesures ont été réalisées récemment sur les lieux, cette première étape ne garantit en rien un retour rapide à la normale.

Plus concrètement, Orange a fait part d’une pénurie..Engagé à fournir des poteaux en métal aux acteurs déployant la fibre optique, l’opérateur historique a expliqué au régulateur que “ces difficultés d’approvisionnement seraient dues à une tension au niveau mondial sur les matières premières, et en particulier pour l’approvisionnement en acier qui impacterait ses fournisseurs en limitant la capacité de la filière de production de poteaux métalliques”.

 

Source : La Voix du Nord