Clin d’oeil : quand de mauvaises ondes vous empêchent de rentrer dans votre voiture

Clin d’oeil : quand de mauvaises ondes vous empêchent de rentrer dans votre voiture

L’ANFR a du résoudre un problème assez insolite lors de la plus grande course hippique du monde, où des spectateurs se sont retrouvés incapables de prendre leur voiture pour quitter l’évènement.

Libérez les turfistes !” L’ANFR relate parfois les situations insolites dans lesquelles elle a du intervenir pour résoudre un problème d’ondes et l’une de ces “enquêtes” s’est déroulée durant le premier week-end d’octobre 2021, dans l’hippodrome de Paris-Longchamp, lors de la 100e édition du “Qatar Prix de l’Arc de Triomphe”. L’agence nationale des fréquences peut en effet être sollicitée par des organisateurs de grands évènements pour superviser les fréquences utilisées et traiter les potentiels brouillages.

Ses agents étaient donc arrivés la veille de la compétition pour s’assurer que tout était dans les règles en terme d’attributions de fréquences et était même accompagné de deux agents du Service Régional de Villejuif, dans un véhicule laboratoire équipé d’outils de mesures du spectre et de localisation. La compétition s’est déroulée sans problème, avec une surveillance active, mais alors qu’elle touchait à sa fin, les agents repèrent une anomalie. En effet, une émission permanente s’installe sur la fréquence 433.8 MHz, qui si elle fait partie d’une bande dite “libre” est tout de même soumise à des autorisations individuelles, notamment pour sa durée d’utilisation (10% du temps).

Outre ce manquement à la réglementation, ce problème a eu un impact plus direct sur les personnes présentes sur les lieux, notamment au niveau du départ. Certains spectateurs se sont en effet retrouvés incapables d’ouvrir leur voiture avec leur télécommande. En effet, les clés étant réglées sur la même fréquence se sont retrouvées inutiles à cause de l’occupation permanente de cette dernière et tous les appuis du monde n’y pouvaient rien : les automobilistes ne pouvaient pas déverrouiller leurs portières et étaient bloqués.

Heureusement, le véhicule laboratoire n’était pas fermé et a pu être utilisé pour retracer la source du problème. Équipés d’un récepteur mobile et d’une antenne directive, les agents sont partis au galop pour se retrouver face à un émetteur placé en hauteur de l’autre côté de la piste. Celui ci était activé pour le compte à rebours du départ de la course mais avait continué de fonctionner même une fois la compétition terminée. Une fois la situation résolue, les turfistes ont ainsi pu quitter l’hippodrome.