5G : des ONG réclament un débat citoyen approfondi à propos d’éventuels risques sanitaires et sociétaux

5G : des ONG réclament un débat citoyen approfondi à propos d’éventuels risques sanitaires et sociétaux

Voilà un discours qui vient contrebalancer le discours d’urgence concernant le déploiement de la 5G, celui invitant à ne pas manquer le train. Des ONG réclament en effet de lever de pied, de prendre le temps de débattre à propos d’une technologie dont les impacts sont loin d’être négligeables.

Les opérateurs Bouygues Telecom, Free, Orange et SFR sont sur le front, avec des offres commerciales 5G attendues en 2020. Pas question d’être en retard en termes de couverture, avec l’Arcep qui compte veiller au respect des engagements de leur part. Et voilà un discours à l’opposé du caractère pressant. Des ONG, dont Agir pour l’Environnement et Priartem, invitent au contraire à ralentir un peu la cadence. Celles-ci réclament en effet un “débat citoyen approndi” et donc un délai supplémentaire avant le déploiement de la 5G. 

Mais pourquoi ? Selon elles, “développer un programme qui modifiera durablement l’environnement électromagnétique de la planète, les interactions homme-machine et le fonctionnement global de notre société ne peut être imaginé sans une réflexion et un débat citoyen approfondis”. Sophie Pelletier, présidente de Priartem, regrette d’ailleurs que ce projet n’ait “pas du tout été soumis aux citoyens”. Les ONG évoquent les conséquences sanitaires liées l’exposition aux ondes. Mais il y a aussi des risques d’ordre sociétal liés au Numérique, avec des “impacts qui n’ont rien de virtuel” et que la 5G va accentuer : “risques pour la santé physique et mentale, hyperconnexion dans le monde du travail et chez les jeunes, sols, paysages et écosystèmes impactés, facture énergétique grandissante, gaspillage de ressources, risques du big data sur les libertés, poids des lobbies sur la science et les politiques publiques…”

Source : La Tribune