Exposition aux ondes : l’ANFR se penche sur le cas Starlink

Exposition aux ondes : l’ANFR se penche sur le cas Starlink

L’Agence nationale des fréquences est en charge de mesurer et contrôler l’émission des ondes des divers appareils en circulation en France et s’intéresse dorénavant aux équipements permettant la réception de l’internet par satellite de Starlink.

Pour l’internet par satellite, il faut bien sûr des équipements spécifiques exposant donc les utilisateurs à des ondes. L’ANFR a ainsi mesuré ces taux générés par les kits de communication Starlink, fournis aux abonnés pour accéder à une connexion haut débit via la constellation de satellites mise en orbite par SpaceX. Le bilan est clair : il n’y a rien à craindre.

En effet, durant son étude, l’ANFR a noté que les niveaux mesurés dans et hors du faisceau, peu importe la distance de l’antenne sont inférieurs à la valeur limite réglementaire, fixée à 61 V/m. Pour rappel, le kit mis à disposition comprend notamment une antenne s’orientant automatiquement vers un satellite. Forcément cette dernière émet des signaux et l’ANFR a ainsi réalisé ses mesures à 50cm, 1m et 2m  de l’installation.

En somme, le niveau le plus important est observé sur une mesure faite à un mètre de l’antenne , directement dans l’axe du faisceau, pour atteindre 9V/m environ. Mais “ce niveau décroît très vite avec l’éloignement de la sonde, du fait du changement rapide de l’orientation du faisceau pendant la durée de la mesure : à 2 mètres, sur l’ensemble des points de mesures réalisés, les niveaux d’exposition constatés ne dépassent pas 0,7 V/m“. En dehors du faisceau, les niveaux restent inférieurs à 1V/m.

L’ANFR note par ailleurs qu’un obstacle dans le faisceau assez imposant pour entraîner la coupure de la liaison antenne/satellite provoquera également l’arrêt de l’émission d’ondes. “Pour la réalisation des mesures, des précautions ont ainsi été prises pour positionner la sonde de mesure de manière à ne pas trop perturber le faisceau de l’antenne. Il est donc peu probable qu’un être humain soit exposé au niveau mesuré de 9 V/m pendant une durée significative, car sa présence dans le faisceau stopperait le fonctionnement de l’équipement et donc son exposition aux ondes” précise l’ANFR.