Des abonnés Orange, Free Mobile, SFR et Bouygues privés de réseau à cause d’un “acte imbécile et inconscient”

Des abonnés Orange, Free Mobile, SFR et Bouygues privés de réseau à cause d’un “acte imbécile et inconscient”

Des pylônes de téléphonie mobile continuent de partir en fumée. De quoi susciter la consternation dans les communes impactées.

Véritable fléau, les incendies volontaires sur les antennes des opérateurs se poursuivent hélas en 2022 dans l’Hexagone, sans revendications parfois. Il arrive même qu’un pylône s’enflamme à nouveau seulement trois semaines après avoir été réparé, comme ce fût le cas ce mois-ci en Isère, de quoi occasionner des frais de plusieurs centaines de milliers d’euros pour une remise en état. En Ardèche, une attaque de ce type s’est produite  pour la première fois depuis le début de l’année. Dans la nuit du lundi 21 au mardi 22 février, le relai multi-opérateurs installé à Pradons il y a 15 ans, a été la cible d’un sabotage.  Les câbles, alimentant l’installation ont été incendiés via l’usage d’un produit inflammable, lequel a provoqué plusieurs départs de feu. Ce mode opératoire est aujourd’hui très largement utilisé sur le territoire par les auteurs de ces incendies.

« C’est du pur vandalisme ! C’est un acte imbécile et inconscient, qui peut potentiellement impacter les services de secours qui peuvent utiliser le réseau mobile », a dénoncé Yves Rieu, maire de Pradons. En conséquence, le réseau  mobile d’Orange, Free Mobile, SFR et Bouygues est impacté, privant les abonnés de connexion. Ces derniers vont devoir prendre leur mal en patience car les travaux de réparation pourraient durer entre une et deux semaines. En 2021, plusieurs équipements d’une antenne d’SFR située à Rosières ( Sud-Ardèche), avaient déjà été incendiés de manière criminelle.

“Le vandalisme sur les pylônes mobiles est criminel et coupe les populations de services vitaux. Ces actes doivent être punis sévèrement“, a insisté en septembre Cédric O, le secrétaire d’État au numérique. “Avec Gérald Darmanin, nous agissons aux côtés de l’ensemble des opérateurs pour mettre fin à ces actes inacceptables, dans le cadre de la convention nationale de lutte contre la malveillance visant les réseaux télécoms, qui met en danger des vies humaines”, a-t-il également ajouté. Seulement, il est parfois difficile de lutter face au crime. Surtout quand les pylônes, comme à Pradons sont camouflés dans le paysage, à l’écart des habitations.

 

Source : Le Dauphiné