Couacs dans la fibre : une expérimentation menée dans deux départements, des premiers retours “plutôt positifs”

Couacs dans la fibre : une expérimentation menée dans deux départements, des premiers retours “plutôt positifs”

Depuis plusieurs mois, l’opérateur d’infrastructures Axione mène une expérimentation dans deux départements. Il s’agit de sécuriser et mieux tracer les accès aux armoires de rue afin de pérenniser les réseaux fibre optique.

“Après 6 mois d’exercice, les premiers retours d’expérience révèlent une mise en œuvre probante du dispositif. Les échos sont même positifs, côté fournisseurs d’accès Internet. Toutefois, du point de vue de la sécurité des infrastructures, la pertinence opérationnelle et la durabilité du modèle restent à prouver“, explique Jean-Charles Metras, directeur d’Aisne THD. “La réussite de cette expérimentation nécessitera une forte appropriation du processus d’ouverture par les sous-traitants, dans le respect de l’intégrité des infrastructures d’accueil mises à disposition aux OCEN par les réseaux d’initiative publique. Ce dispositif doit être accompagné de mesures contractuelles avec les OCEN pour être pérennisé”, ajoute de son côté Rémi Carrière, directeur de Sartel THD.

En juillet 2021, les deux filiales de l’opérateur d’infrastructures Axione ont en effet déployé un pilote d’expérimentation visant à mieux gérer les interventions au niveau des armoires de rue, lesquelles posent régulièrement des problèmes à la filière fibre optique en raison de nombreux couacs. Dans le département de l’Aisne, en agglomération de Soissons, 14 armoires de rue sont ainsi été équipées de QR Codes que les techniciens doivent scanner avec le capteur photo de leur smartphone et faire analyser par l’application ACE+KEY développée par TKF, afin d’ouvrir et fermer l’équipement. Dans la Sarthe, sur la commune de la Flèche, 13 armoires de rue présentent un code à envoyer par SMS afin de recevoir un code d’ouverture à 4 chiffres.

Baptisée Ax’ess, cette expérimentation rejoint les nombreuses pistes explorées par la filière fibre optique, comme l’installation d’accéléromètre. Même l’intelligence artificielle sera de la partie, comme l’expliquait en décembre dernier Axione. Face à des municipalités finissant par cadenasser les équipements et envoyer les forces de l’ordre pour éviter les débordements, Altitude infrastructure soulignait cette semaine les efforts pour faire avancer le dossier et promettait de mettre les bouchées doubles.

Il s’agit, comme le rappelle Axione, “d’améliorer la qualité des raccordements par la responsabilisation des techniciens et ainsi garantir la pérennité des réseaux fibre en France”. Exit donc “la méthode traditionnelle d’ouverture, soit par une clé classique ou une clé triangle”, afin de compliquer la tâche aux vandales, mais aussi de responsabiliser les techniciens dont les interventions sont plus facilement traçables (date, heure d’ouverture, heure de fermeture, nom de l’entreprise, etc.). “Des résultats terrain en cours d’analyse pour mesurer les bénéfices du dispositif”, souligne Axione, parlant de premiers retours “plutôt positifs”. 420 techniciens participent à l’expérimentation avec déjà 590 ouvertures d’armoires dans l’Aisne et 450 dans la Sarthe.