Orange : encore des perturbations avec les numéros d’urgence

Orange : encore des perturbations avec les numéros d’urgence

Difficile d’appeler le 18 et le 15 pour de nombreuses personnes situées le département des Ardennes, de l’Aube, de la Marne et de la Haute-Marne. Un incident a affecté lundi soir les appels émis vers les numéros d’urgence.

Le spectre de la panne nationale des numéros d’urgence a plané sur la région Grand-Est ce lundi 31 janvier. En début de soirée, Orange s’est fendu d’un tweet pour répandre la nouvelle : “les appels fixes et mobiles émis vers les numéros d’urgence 18 et 15 peuvent être perturbés dans les départements 08, 10, 51, 52″ a t-il indiqué avant d’ajouter : « Vous pouvez renouveler immédiatement votre appel si celui-ci n’aboutit pas ».

Finalement l’incident aura duré près de 2 heures. Peu après 22h, l’opérateur a annoncé un retour à la normale, ses équipes techniques restant toutefois vigilantes. Plus de peur que de mal à première vue même ces perturbations se sont produites à des heures où les numéros d’urgence sont très souvent sollicités. L’origine de l’incident n’a pas été communiqué.

 

Le 2 juin dernier, une panne nationale  chez Orange a affecté l’acheminement des appels à destination des services d’urgence dans l’Hexagone. Dès le lendemain, l’opérateur a lancé une enquête interne pour en déterminer les causes et en tirer des leçons avant de prendre des engagements précis 10 jours plus tard.  “Pendant cette période environ 11 800 appels, soit 11% du total d’appels, n’ont pas été acheminés vers les services d’urgence. L’enquête confirme qu’il s’agit bien d’un dysfonctionnement logiciel“, avait notamment expliqué le délégataire du service universel.

Mais un autre rapport était attendu lui aussi de pied ferme, celui de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI). Dévoilé en juillet dernier, celui-ci a notamment pointé du doigt une absence de procédures de test, ainsi que des lenteurs dans la gestion de la crise de la part d’Orange.

En marge de cette publication, le gouvernement a annoncé la mise en place durant l’été d’une commission interministérielle afin de définir précisément un plan d’actions “qui précisera une série de mesures concrètes prenant en compte les recommandations du rapport”. Ce plan doit comprendre “la mise en œuvre d’une supervision technique spécifique et d’un système de remontée d’alerte spécifique aux appels d’urgence ainsi que la mise en œuvre d’une structure de collaboration avec les opérateurs tiers en cas d’urgence, ou encore la réalisation de tests lors de l’introduction de nouvelles méthodes”, a affirmé l’Etat.