5G : UFC-Que Choisir craint des dérives et réclame une régulation à la hauteur

5G : UFC-Que Choisir craint des dérives et réclame une régulation à la hauteur

Alors que la 5G s’approche à grands pas et que les choses se dessinent tant pour les opérateurs que pour les consommateurs, l’UFC-Que Choisir tire la sonnette d’alarme. L’association de consommateurs déplore des possibles dérives marketing et des inégalités potentielles en termes de couverture et de qualité.

Devant faire ses débuts commerciaux en France l’année prochaine, la 5G promet une hausse des débits et une réduction de la latence, avec les nouveaux usages que ces améliorations permettent. Et si l’Arcep a déjà dévoilé les règles du jeu pour les opérateurs, l’UFC-Que Choisir réclame une régulation à la hauteur. L’association de consommateurs craint en effet des dérives marketing et des inégalités en termes de couverture et de qualité.

Tout d’abord, l’UFC-Que Choisir évoque l’usage de différentes bandes de fréquences qui se traduira sur le terrain par des débits pouvant "s’échelonner de 30 Mbit/s à plus d’1 Gbit/s ". Elle réclame ainsi de la transparence du côté des opérateurs, pour que le consommateur ne paie pas de la 5G, pour profiter en fait de débits égaux voire inférieurs à ceux de la 4G. Un aspect qui attire l’attention, sachant que les opérateurs chercheront à monétiser la 5G afin de rentabiliser leurs investissements.

Ensuite, l’association de consommateurs pointe du doigt le fait que le gendarme des télécoms impose un nombre de sites, au moins de 12 000 par opérateur au 31 décembre 2025, et non une couverture de population. Or, avec ce nombre de sites, Free couvre 93 % de la population en 4G. L’UFC-Que Choisir craint ainsi qu’une partie de la population se retrouve exclue de la 5G. Surtout qu’avec cet indicateur, les opérateurs risquent d’être tentés de privilégier les zones les plus denses, plus rentables pour eux. Le risque de trouver plus de sites dans les zones densément peuplées augmente avec la portée plus modérée des fréquences 3 490-3 800 MHz qui va obliger les opérateurs à déployer davantage de sites dans les zones couvertes. L’association réclame ainsi le "rétablissement d’un calendrier basé sur l’évolution de la part de la population couverte, couplé à un objectif à terme de couverture intégrale en 5G de qualité".

Source : UFC-Que Choisir