Bouygues Telecom : “tous nos sites deviendront 4G d’ici fin 2020”

Bouygues Telecom : “tous nos sites deviendront 4G d’ici fin 2020”

C’est l’un des engagements pris par les opérateurs dans le cadre du New Deal : migrer tous leurs sites existants en 4G d’ici fin 2020, hors programme historique des zones blanches. 

Première couverture mobile sur les villes de moins de 10 000 habitants en 2018, Bouygues Telecom compte bien tenir son rang en respectant ses obligations réglementaires, en premier lieu vis à vis du "New Deal" signé entre les opérateurs et le gouvernement en janvier 2018.

En mars dernier, le président de la Fédération Française des Télécoms, est déjà revenu sur les engagements pris par Orange, Free, SFR et Bouygues dans le cadre de cet accord pour accélérer la couverture mobile du territoire. A ses yeux, l’accélération est notable puisque "9000 sites ont basculé en 4G en 2018", ce qui porte "à 64.000 sur 81.000 le nombre de sites 4G". Du côté de l’opérateur de Martin Bouygues, l’objectif donné aux opérateurs, à savoir migrer avant 2021 tous les sites existants en 4G, sera pour sa part tenu. "Tous nos sites deviendront 4G d’ici à fin 2020, hormis 25% de zones blanches pour lesquelles le planning réglementaire est à fin 2022", a assuré à LCI une experte réseau mobile chez Bouygues Telecom. En effet, un délai supplémentaire a été accordé pour ces zones, 75% d’entre elles doivent être couvertes à fin 2020, les 25% restants d’ici à fin 2022. Au 1er juin, l’opérateur comptait 17231 sites équipés en 4G sur 20579 déployés, soit 84 % en 4G.

L’ambition est forte, les engagements aussi, puisque les opérateurs se sont également engagés à construire chacun au moins 5000 nouveaux sites sur tout le territoire, parfois mutualisés, qui iront désormais au-delà des zones dites « blanches » et dont la charge seraintégralement prise par eux-mêmes. Orange, Bouygues, SFR et Free se doivent également d’être transparents en annonçant régulièrement leur couverture et l’état de leur réseau, mais aussi de couvrir les axes de transports ferrés et routiers.
 
Si le chemin est encore long malgré une accélération notable des déploiements, Bouygues Telecom relève toutefois des facteurs pouvant causer des retardements comme " le manque de terrains disponibles où l’on puisse installer nos antennes et répondant à nos critères de faisabilité comme l’acheminement d’électricité" ou encore "les délais administratifs, les collectivités pourront grandement aider sur ce point." L’opérateur couvre aujourd’hui 99% de la population et 83% du territoire en 4G.