Free Mobile souhaite implanter 4 antennes-relais dans une commune, le maire tente de trouver un compromis

Free Mobile souhaite implanter 4 antennes-relais dans une commune, le maire tente de trouver un compromis

Direction la commune de Saint-Maurice située dans le département du Val-de-Marne, où la bataille des ondes continue autour de l’implantation de 4 antennes Free Mobile.

Une réunion publique a pourtant pris place fin mars en présence d’un représentant de l’opérateur. Peu avant, des membres de l’association « des riverains de l’allée de la villa Antony à Saint-Maurice » sont montés au créneau, via un constat d’huissier avant de distribuer des tracts et lancer une pétition pour dénoncer l’impact des ondes sur la santé. Le maire a par la suite formulé une nouvelle proposition à Free, autrement dit un autre emplacement, mais l’opérateur de Xavier Niel a refusé "pour cause de problèmes techniques", informe Le Parisien.

A l’initiative de la municipalité, une réunion de médiation a eu lieu vendredi dernier avant que des opposants ne se rassemblent samedi. Au total Free prévoit d’implanter quatre antennes, "les deux dont nous avons maintenant connaissance au 1-3, Villa Antony et au 5, rue du Val-d’Osne, mais aussi une dans le clocher de l’église Saint-André, en face des hôpitaux de Saint-Maurice et la dernière à la Résidence Personnes Âgées (RPA) de la rue du chemin de Presles", rappelle dans les lignes du quotidien une représentante des riverains réfractaires. 

De son côté, le maire veut trouver un terrain d’entente avec Free l’opérateur. L’heure est au compromis. « J’ai proposé à Free de les autoriser à s’installer rapidement sur la RPA, résidence gérée par Valophis, là où Orange a déjà installé une antenne-relais. Mais en contrepartie, ils suspendent les travaux prévus Villa Antony et rue du Val-d’Osne », a t-il fait savoir. L’opérateur de Xavier Niel a accepté. S’agissant de l’antenne dans le clocher l’église, l’élu indique "ne pas avoir d’alternative" mais compte saisir l’ANFR, pour une contre-expertise. Quatre antennes-relais dans une commune de plus de 14 000 habitants, est-ce bien nécessaire ? C’est la question que se pose la municipalité. En attendant la création d’une commission de concertation départementale sur les ondes cet été.