Nombre de foyers raccordables en fibre optique

Nombre de foyers raccordables en fibre optique

Le schéma retenu par les opérateurs français pour amener la fibre optique au plus près des particuliers est celui du FTTH (Fiber to the Home). Il consiste à tirer de la fibre optique jusque dans les habitations (appartements, maisons) avec l’installation de prises de raccordement spécifiques.

Les opérateurs ont cependant fait un choix d’architecture différent. Réseaux GPON, Point à Point, fibre + câble coaxial : quels sont les avantages et les inconvénients de ces architectures de réseaux fibre ? Existe-t-il des différences de services ou de débits pour l’utilisateur ?

Le point sur les choix technologiques et les stratégies des opérateurs français.

Foyers raccordables fin 2007 à la fibre optique :

Free a fait le choix pour son réseau de desserte d’abonnés en fibre optique jusqu’au domicile d’une architecture Point à Point (P2P) car elle lui permet de raccorder chaque abonné par une fibre dédiée, explique le FAI du groupe Iliad sur son site Internet. Dans une architecture P2P, qui est celle de la boucle locale téléphonique cuivre, le débit dont dispose chaque abonné lui est propre entre son domicile et le point de concentration. Ce choix est donc pérenne car, quelle que soit l’évolution des besoins de débits, il offre toujours la possibilité de disposer d’un débit d’accès dédié, constant pour chaque abonné, sans dépendre du nombre d’abonnés partageant la fibre et de leur consommation de bande passante, comme c’est le cas pour d’autres architectures.

En outre, Free sélectionne ses zones de déploiements selon un critère de taux de pénétration de son parc client, à savoir les zones où le FAI détient au minimum 15 % de part de marché. Pour limiter les coûts de génie civil, Free utilise des infrastructures déjà existantes : les égouts à Paris, les façades d’immeubles à Valenciennes ou les fourreaux municipaux à Montpellier.


La suite du dossier complet sur Le Journal du Net