Iliad/Free ouvre les portes de son data bunker parisien avec “l’ambition de devenir un acteur de référence”

Iliad/Free ouvre les portes de son data bunker parisien avec “l’ambition de devenir un acteur de référence”

Racheté par Iliad en 2012 et localisé dans un abri antiatomique à 26m sous le sol dans le XVème arrondissement de paris, le data center DC4 doit disposer d’une superficie de 9000m2 après agrandissement, dont 1500m2 de serveurs.

S’il constituait jusqu’en 1991 l’abri antiatomique du ministère des Transports, le data center d’Iliad s’est depuis métamorphosé, au point de devenir une véritable arme pour le groupe de Xavier Niel sur le marché du stockage sécurisé. Agrandi en 2018, ce centre de données va également chauffer 150 logements sociaux bien que sa fonction principale reste d’héberger des données, parfois sensibles. "Les 150 baies de stockage que ce site peut accueillir seront commercialisées en quasi-totalité auprès de clients externes. Sa configuration et ses différentes certifications lui permettent de stocker des données sensibles, médicales par exemple, pour de très longues durées », a expliqué à ce propos à l’Agefi, Thomas Reynaud, directeur général d’Iliad hier lors de la signature au sein même de ce "Data Bunker" d’un nouveau financement de 300 millions d’euros avec la BEI pour le déploiement de la fibre en France.

 

 

A noter que l’acquisition de l’hébergeur Jaguar Network en janvier dernier, permet à Iliad de développer davantage son réseau de data centers dans le but de booster ses capacités dans le suivi des entreprises, du stockage à la sécurisation de leurs données. Aujourd’hui, Scaleway, marque unique du groupe de Xavier Niel avec sous sa bannière trois types d’offres regroupées (cloud, serveurs et data centers), dispose de 4 data centers en Ile-de-France, un autre à Amsterdam et enfin quatre supplémentaires de Jaguar Network, soit neuf centres de données au total.

Iliad revendique aujourd’hui être le 5ème plus grand hébergeur en Europe avec « l’ambition de devenir acteur de référence » dans ce secteur, a ajouté son directeur général. L’une de ses forces, être détenu par des capitaux hexagonaux à l’heure où la question de la souveraineté des données fait débat dans le Cloud.

Source : Agefi