Un village refuse d’améliorer la couverture Free Mobile, il ne veut pas “perdre son identité rurale”

Un village refuse d’améliorer la couverture Free Mobile, il ne veut pas “perdre son identité rurale”

 

Les habitants de Saméon ont affirmé leur opposition au projet de pylône TDF qui permettrait à Free d’améliorer sa couverture réseau. Pas question de « perdre son identité rurale ». D’autant plus qu’ils profitent « déjà d’une très bonne couverture réseau 3G et 4G ».

Dernièrement, un tribunal administratif a tranché dans une affaire opposant l’opérateur d’infrastructures TDF aux habitants de Saméon, dans le Nord de la France, où il comptait installer un pylône qu’utiliserait notamment Free pour améliorer sa couverture réseau mobile. Le projet était mis en pause, le temps d’une étude sur le fond. N’entendant rien lâcher jusqu’à l’abandon définitif du projet, les opposants avaient prévu un rassemblement devant l’église pour manifester contre le projet. 

Identité rurale, ondes non prises en compte par les assureurs et couverture déjà très bonne

Ayant eu lieu, la manifestation a été l’occasion d’exprimer à nouveau les revendications. Il y a ainsi cette volonté de ne « pas perdre son identité rurale », prise en considération par le tribunal administratif.

Thierry Hot, président de l’APRES (Association pour la Protection de la Ruralité et de l’Environnement de Saméon), évoque aussi les risques sanitaires impossibles à assurer : « Nous ne voulons pas être soumis aux champs électromagnétiques qui sont beaucoup trop forts par rapport à d’autres pays comme la Belgique, par exemple. La preuve, c’est qu’un assureur comme Axa refuse d’assurer les personnes qui sont exposées ».

D’autant que « La commune jouit déjà d’une très bonne couverture réseau 3G et 4G et d’une excellente desserte en fibre optique », comme le rappelle l’avocat de la commune. Le pylône serait donc surtout pour Free.

Un pylône ailleurs…

Comme le rapporte La Voix Du Nord, TDF réfléchirait à la délocalisation du projet. Peut-être à Rumegies, situé à quelques kilomètres de Saméon. Contacté à ce sujet, la société a indiqué ne pas être au courant d’un tel projet.