Antenne-relais Free Mobile : le maire dénonce la pollution visuelle, l’opérateur va effectuer des tests via une nacelle

Antenne-relais Free Mobile : le maire dénonce la pollution visuelle, l’opérateur va effectuer des tests via une nacelle

Face à un projet d’antenne-relais de Free, une commune du Lubéron s’oppose à l’installation et fait même appel au parc régional du Lubéron pour éviter "les dégâts environnementaux". 

Lorsqu’en mars 2018, Free contacte le maire des Taillades, celui-ci était initialement favorable à l’idée de couvrir cette zone. Cependant, après avoir connu la teneur exacte du projet, à savoir une antenne de 30 m, le maire a fait savoir que la commune rejetait le projet d’installation. Face à ce refus, Free a alors choisi de se tourner vers le secteur privé pour son terrain d’installation. 

Toujours décidé à implanter une antenne de 30 mètres, le projet était en bon chemin pour l’opérateur lorsque le maire a eu vent du projet. Toujours opposé à l’installation de l’antenne telle quelle, il a alors contacté le parc naturel régional du Lubéron pour négocier ensemble avec l’opérateur, puisque le terrain concerné se trouvait sur le territoire du parc. En marge de ces négociations, une pétition s’est mise à circuler dans les boites aux lettres des Taillades. Les trois acteurs se sont alors entendus pour effectuer des tests concernant la pollution du paysage avec une nacelle de 18 mètres de haut. 

Le maire explique d’ailleurs que si ce test n’est pas concluant, il faudra, pour Free, envisager d’autres terrains pour s’installer. Le projet est donc mis en attente, le temps d’évaluer l’impact sur le paysage, d’autant que la zone est en requalification paysagère. Les tests sont prévus pour les semaines à venir. 

Source : La Provence Vaucluse Sud (Edition papier)