Iliad fait mal, 300 millions d’euros de perdus pour ses rivaux en Italie

Iliad fait mal, 300 millions d’euros de perdus pour ses rivaux en Italie

Le succès d’Iliad de l’autre côté des Alpes cause de forts dégâts chez la concurrence. Selon un nouveau rapport, Wind 3 et Vodafone ont déjà laissé beaucoup de plumes.

C’est la confirmation de l’impact de l’entrée d’Iliad sur le marché italien du mobile. Une arrivée en grande pompe fin mai 2018, plus de 2 millions d’abonnés séduits en septembre, des offres adaptées à prix cassés, une révolution en soi et une concurrence qui fait grise mine, c’est le constat que l’on peut dresser aujourd’hui presque neufs mois après le lancement de l’opérateur. Car en effet, selon le rapport Mediobanca publié hier, iliad aurait généré une perte d’environ 300 millions d’euros pour ses rivaux, si vous comparez le chiffre d’affaires du troisième trimestre de 2018 à celui de la même période en 2017.

Au cours de cette période, Wind 3 (-11,2%) a enregistré la plus forte contraction de ses revenus , avec 158 millions d’euros de pertes , suivi par Vodafone Italia (- 111 millions ) et TIM ( – 33 millions d’euros).

L’effet d’Iliad s’est également fait sentir sur l’Arpu (revenu moyen par abonné). Les 2 230 000 d’abonnés conquis au 30 septembre 2018 ont entraîné une accélération progressive de la baisse de l’ARPU de tous les opérateurs, poussant également Telecom Italia et Vodafone à créer une deuxième marque low cost (respectivement Kena et ho. ) avec une baisse générale des prix. A noter que Wind 3 a perdu 900 000 abonnés lors du troisième trimestre.