Freebox Delta : UFC-Que Choisir épingle les pratiques de Free et menace d’alerter la répression des fraudes

Freebox Delta : UFC-Que Choisir épingle les pratiques de Free et menace d’alerter la répression des fraudes

A peine deux semaines après le lancement de la Freebox Delta, la nouvelle offre internet haut de gamme de Free est déjà dans le viseur de l’association de consommateurs. Celle-ci dénonce une présentation trompeuse des tarifs, des frais de mise en service détournés, et des frais de résiliations injustifiés. Par conséquent, UFC-Que Choisir met en demeure l’opérateur de Xavier Niel de revoir sa copie sous peine d’alerter la DGCCRF.

Dans le détail, que reproche l’association ? Tout d’abord, la présentation de l’offre. Rappelant que les FAI sont obligés d’indiquer dans leurs publicités le prix tout compris de l’abonnement box incluse, "Free se contente de mettre en avant son tarif de base de 49,99 € par mois, sans préciser que l’acquisition du player Free Devialet est indispensable pour bénéficier des services annoncés", note son service juridique. Et d’ajouter que le futur abonné doit se rendre sur la page suivante pour apprendre que le player sera sa propriété à condition de débourser la bagatelle de 480 € comptant, ou par mensualités. UFC-Que Choisir demande ainsi plus de transparence à l’opérateur de Xavier Niel dont les pratiques commerciales peuvent être assimilées comme "trompeuses".

 

Les frais de mise en service, considérés comme "détournés"

 
La semaine dernière, Free a pourtant corrigé le tir sur les frais de mise en service de 99€ de la Freebox Delta en réponse à une vague de mécontentements en changeant de modèle. Si les frais intégraient le disque dur d’1To et le Pack Sécurité, l’opérateur a décidé de modifier et de laisser le choix à l’abonné de les prendre ou pas. Ce qui permet d’avoir la Freebox Delta sans aucun frais de mise en service, que ce soit pour les nouveaux ou les anciens abonnés. "Il faut désormais régler respectivement 59 et 40 € au moment de la souscription pour en bénéficier", contraste UFC-Que Choisir qui note que ce "changement prouve que les frais de mise en service initialement facturés servaient moins à couvrir les frais liés à l’ouverture de la ligne qu’à facturer des produits présentés comme « offerts » par Free." L’association de consommateurs demande ainsi à Free de rembourser aux souscripteurs à l’offre entre le 5 et le 11 décembre les 99 € qui leur ont été facturés car ce "ce genre de pratique est interdit".
 
 
Des frais de résiliations non justifiés 
 
 
Dernier manquement selon l’association, les frais de résiliation sont facturés 49€ dans tous les cas. "Si de tels frais ne sont pas illégaux, le fait de les imposer à tous les abonnés sans exception pose problème. À aucun moment, en effet, Free n’indique dans quelles conditions ses frais peuvent être offerts", dénonce UFC-Que Choisir avant de préciser à titre d’exemple que cela doit être le cas si "le service promis n’est pas rendu". Est ainsi demandé au FAI de justifier ces frais comme l’exige le code de la consommation. 
 
 
Pour toutes ces raisons et manquements, le service juridique de l’UFC-Que Choisir a mis en demeure Free d’appliquer dans un délai de 15 jours les modifications demandées, sinon quoi, celui-ci prendra la décision "d’alerter la direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF), voire de lancer de nouvelles procédures".