SFR : un retour en masse des abonnés mais une rentabilité qui se casse la figure

SFR : un retour en masse des abonnés mais une rentabilité qui se casse la figure

 
Un trimestre record commercialement. Jamais l’opérateur au carré rouge n’avait autant recruté depuis 2005. En 2018, plus d’un million d’abonnés sont revenus chez SFR. Mais au prix fort. Sa rentabilité dégringole.
 
Il y a tout juste un an, l’heure était au naufrage d’Altice en bourse à la suite de la publication de mauvais résultats de SFR. Depuis, l’opération "reconquête" des abonnés pour rassurer les marchés a été lancée. Pour ce faire, l’opérateur de Patrick Drahi a intensifié de manière drastique la guerre des prix à coups de promotions à vie. Et commercialement cela paie puisque depuis le début de l’année, SFR estime avoir séduit plus d’1 million d’abonnés, "soit l’équivalent du nombre de clients perdus depuis trois ans".

Lors de la publication de ses chiffres trimestriels hier après-midi, l’opérateur a annoncé avoir cartonné sur le mobile avec 378 000 nouveaux abonnés recrutés (forfaits grand public) contre seulement 16 000 il y a un an pour une base totale de 13,36 millions. Chez SFR, on estime que ce regain de forme, résulte de sa stratégie de promotions, d’une amélioration notable de la qualité du réseau et surtout du football et notamment la Ligue des Champions mais aussi d’une réduction du taux de désabonnement et de plaintes.

Sur le fixe, la performance commerciale est aussi notable. La base d’abonnés augmente de 52 000 à plus de 6 millions et efface largement la perte de 75 000 au troisième trimestre 2017. Dans le détail, SFR a engrangé  64 000 sur le FTTH/FTTB, 6 000 sur sa 4G Box et en a perdu 19 000 sur l’ADSL.

 

La rentabilité a du plomb dans l’aile

 

Bémol, cette stratégie de reconquête et de prix attractifs ont engendré un net recul des revenus de SFR et de la marge cette année pour le deuxième trimestre consécutif. Entre juillet et septembre, son chiffre d’affaires consolidé a baissé de 7,6%, à 2,480 milliards d’euros (-5,5% sur un an). Sur la même période, l’excédent brut d’exploitation (Ebitda) a reculé de 7,1% et de 12% en un an, à 962 millions d’euros, avec une baisse de 1,9 points de la marge, désormais à 38,8%. 

Enfin, L’ARPU sur le fixe a diminué de -7,6% en glissement annuel, hors-TVA, ou -11,6%, à 31,7 € au troisième trimestre 2018 (contre 35,9 euros T3 2017), impacté par "des activités de rétention", annonce Altice. Le revenu par abonné sur les forfaits mobiles a diminué quant à lui de -10,6% en glissement annuel, hors-TVA, ou -13,3%, à 22,4 € (contre 25,8 € au troisième trimestre 2017).

Conclusion, SFR va devoir enclencher très rapidement la seconde partie de son plan, à savoir soigner sa rentabilité après avoir réussi à repartir sur de bons rails en matière de recrutement. L’opérateur espère un retour à la croissance l’an prochain.