Orange dénonce l’intensification de la guerre des prix et les promotions à vie de SFR et Bouygues

Orange dénonce l’intensification de la guerre des prix et les promotions à vie de SFR et Bouygues

En 2018, la guerre des prix est repartie de plus belle sur le marché des télécoms et certains acteurs laissent des plumes. Un vrai problème selon Orange à l’heure où les opérateurs doivent intensifier leurs investissements pour accélérer la couverture 4G, les déploiements de la fibre et préparer l’arrivée de la 5G. En conséquence, un schéma de consolidation est inévitable en 2019 pour l’opérateur historique.

Dans un entretien accordé aux Echos, le patron d’Orange est d’ailleurs revenu sur l’hypothèse d’une consolidation du marché des télécoms qui revient régulièrement : "A ma connaissance, il n’existe pas de schéma établi, ni de négociations engagées, à ce stade", a confié Stéphane Richard, préférant tabler comme son directeur financier la semaine dernière sur une fenêtre de tir au premier semestre 2019.

Si un retour à trois opérateurs va devenir une nécessité dès l’année prochaine pour l’agrume, c’est "surtout en raison des ravages causés, particulièrement en 2018, par la guerre des prix dans les télécoms", dénonce l’intéressé et d’enchérir :" On a atteint des pratiques de marché sans équivalence en Europe, avec désormais deux opérateurs télécoms [SFR et Bouygues Telecom, NDLR] qui pratiquent des promotions à vie ! Je trouve cet emballement particulièrement préoccupant. Il est lié à une dynamique de marché à quatre opérateurs télécoms : chacun est engagé dans une course au recrutement du plus grand nombre de clients chaque trimestre".

Partant de ce postulat, le PDG constate que "certains résistent mal" et qu’Orange "fait mieux" mais subit tout de même les conséquences de cette intensification de la guerre des prix initiée par SFR et Bouygues. Enfin, Stéphane Richard persiste et signe, "il faut bien voir que cette dynamique va provoquer une baisse, à terme, des revenus des opérateurs télécoms" et que tous ne vont pas suivre, le système actuel ayant atteint ses limites. Une chose est sûre aujourd’hui, Orange ne prendra pas la tête d’une initiative mais pourrait jouer un rôle de facilitateur en cas de rapprochement entre deux opérateurs.