Le PDG de Devialet répond au sujet d’un éventuel accord avec Free et annonce ses ambitions

Le PDG de Devialet répond au sujet d’un éventuel accord avec Free et annonce ses ambitions

 

En bref, en marge de la présentation ce matin de sa nouvelle enceinte "Phantom Reactor", le PDG de Devialet est revenu sur un potentiel accord passé avec Free.

« Je ne peux pas commenter cette rumeur » a t-il confié à 01 Net. Ce n’est donc pas un non ferme ni définitif, commente le site d’information. Cette réponse est d’autant plus logique que Free souhaite garder le mystère sur sa nouvelle box et ce jusqu’au jour-J. Il faudra donc patienter.

Pour rappel, le fondateur de la startup a déclaré en mai dernier discuter avec Free ou encore Canal+, donnant un peu plus de crédit aux informations de French Web datant de mars dernier selon lesquelles une barre de son Devialet serait fournie avec la Freebox V7. Pour rappel, Xavier Niel est actionnaire de la "star du son".

Au sujet de l’arrivée de plus en plus d’enceintes connectées et équipées d’assistants virtuels sur le marché, Devialet annonce ne pas avoir l’ambition d’en intégrer dans ses équipements mais voit en elles de "très grands partenaires", a indiqué Franck Lebouchard ce matin cette fois à Europe 1. Et d’ajouter : "l’usage principal de ces enceintes, c’est d’écouter de la musique avec une qualité nettement inférieure à celle de chez Devialet. Notre métier c’est de rendre très facilement connectables ces enceintes connectées avec Phantom Reactor, c’est complémentaire". L’objectif annoncé par Devialet est ainsi de s’intégrer à l’avenir dans une kyrielle de produits de groupes mondiaux dans les médias, l’automobile, l’électronique et les télécoms. L’année dernière, la startup a pour la première fois de son existence intégré sa technologie dans le produit d’un partenaire tiers, à savoir l’opérateur de télévision par satellite britannique SKY, en créant la Soundbox, une barre de son développée pour accompagner la box des 12 millions d’abonnés de l’opérateur