Neuf/Free : La bataille devant les syndics

Neuf/Free : La bataille devant les syndics

Le contexte : un soir de décembre 2007, dans un appartement d’un immeuble rue de Bagnolet, Paris XXème. Les représentants du syndic de l’immeuble ont convié pour une réunion d’information des commerciaux de Free et de Neuf Cegetel. Les deux opérateurs ont en effet démarché les co-propriétaires pour leur offrir le raccordement en fibre optique de leur immeuble.

L’enjeu : L’ouverture imminente par les deux opérateurs d’un NRO (nœud de raccordement optique) proche de l’immeuble rue de Bagnolet, donc le déploiement d’un réseau de fibre optique dans ce quartier via le raccordement du plus grand nombre possible d’immeubles, et à terme de foyers.

Les acteurs : Deux représentants du syndic de l’immeuble, un commercial de Neuf Cegetel (un homme, la trentaine), une commerciale (sous-traitance à une société de prestataire) de Free.

Extraits : La commerciale de Free : « Si Free garantit un débit dédié et constant de 100 Mbits/s à chaque abonné, c’est grâce à son choix de déployer un réseau de desserte d’abonnés en fibre optique jusqu’au domicile basé sur une architecture point-à-point (P2P), qui lui permet de raccorder chaque abonné par une fibre dédiée, contrairement aux autres architectures, comme le GPON, déployées par Orange et Neuf Cegetel notamment."

 Le ton monte du côté du commercial de Neuf Cegetel :

"Chez Neuf Cegetel également, l’abonné bénéficie d’une fibre dédiée à son domicile. Neuf Cegetel déploie les deux technologies, GPON et point-à-point. Le choix dépend de critères géographiques et économiques. En l’occurrence, sur Paris, la majorité des immeubles sont raccordés sur une architecture en P2P. De toute façon, GPON ou P2P, c’est la même chose pour l’abonné en termes de débits et d’offre."

 "Non, ce n’est pas du tout la même chose", renchérit la commerciale de Free. "Si".

 « Nous ne comprenons pas grand-chose à ce débat, interrompt un co-propriétaire »

Lire l’intégralité de l’article du Journal du Net