Après confirmation des engagements pris avec Iliad, l’EU s’apprête à approuver l’accord Hutchison-Veon sur Wind Tre

Après confirmation des engagements pris avec Iliad, l’EU s’apprête à approuver l’accord Hutchison-Veon sur Wind Tre

L’alliance des russes de Veon et des chinois de Hutchison dans la fusion Wind Tre qui a permis l’entrée d’Iliad sur le marché du mobile en Italie, n’aura pas fait long feu. La Commission européenne va donner son feu vert pour le rachat des parts du groupe russe par le groupe chinois.

Début juillet, Veon a conclu un accord avec Hutchison pour lui céder ses 50% de la société commune pour 2,45 milliards d’euros afin de renflouer ses caisses. L’opération prévue pour le troisième trimestre 2018 était soumise à la validation de la Commission Européenne.

Selon une source proche du dossier citée par Reuters, la Commission européenne s’apprête à donner son feu vert au rachat par CK Hutchison de la participation de son partenaire Veon dans leur société commune italienne, après la confirmation par Hutchison de son engagement à favoriser l’implantation d’Iliad en Italie.

Pour rappel l’accord pour la fusion de Wind et de Tre avait été donné il y a deux ans par la Commission après que cette dernière c’était assurée que Wind Tre favoriserait l’arrivée du quatrième opérateur, condition sine qua non au projet de fusion.

Le groupe chinois qui possède désormais 100% de Wind Tre a confirmé les engagements pris avec Iliad en 2016, à savoir le transfert d’un portefeuille de fréquences à Iliad, la cession ou le partage de certaines infrastructures entre Wind Tre et Iliad, un accord de RAN Sharing (partage de réseau) sur les zones rurales et un accord d’itinérance 2G, 3G et 4G sur le réseau fusionné pour une période de 5 ans renouvelable à l’initiative d’Iliad une fois pour la même durée. La décision de la Commission est attendue officiellement d’ici le 31 août.