Vivendi cherche à se séparer de 50% d’Universal Music

Vivendi cherche à se séparer de 50% d’Universal Music

 

Quand une surprise en cache une autre.

En marge de la publication de ses résultats semestriels, Vivendi a fait part hier de sa volonté de céder 50% du capital d’Universal Music Group. Objectif, permettre à UMG « d’amplifier sa valorisation ». La maison-mère de Canal+ se met donc en quête de trouver « un ou plusieurs partenaires stratégiques ». L’opération devrait être lancée cet automne et pourrait s’étaler sur 18 mois. Par ailleurs, un temps envisagée, une introduction en Bourse d’Universal Music a été écartée « à cause de sa complexité ». A noter que la pépite de Vivendi a vu son chiffre d’affaires augmenter de 6,8% à 2 628 millions d’euros au premier semestre (taux de change et périmètre constants), ce qui correspond à un peu plus de 40% du chiffre d’affaires global de Vivendi.

Acquisition d’Editis

En parallèle, le groupe a indiqué être entré en négociations exclusives pour l’acquisition de 100 % du capital d’Editis, deuxième groupe d’édition français détenu par Grupo Planeta, dont la valeur est estimée à 900 millions d’euros, pour un chiffre d’affaire en 2017 d’environ 750 millions d’euros. Editis compte entre autres plus de 50 maisons d’édition parmi lesquelles Nathan, Bordas, Robert Laffont, Presses de la Cité, Julliard, XO, Plon, Perrin, Pocket, Belfond, Le cherche midi. Son acquisition « constituerait une nouvelle étape majeure dans la construction d’un groupe intégré centré sur les médias, les contenus et la communication », a précisé Vivendi.