Orange : à toute vitesse sur la 5G avec de nouvelles expérimentations

Orange :  à toute vitesse sur la 5G avec de nouvelles expérimentations

Après Lille, Douai et dernièrement Marseille, Orange va élargir ses tests 5G en Ile-de-France après avoir reçu un nouvel accord de l’Arcep.

Si pour Stéphane Richard, PDG d’Orange, un retour à trois opérateurs est souhaitable au vu des investissements à venir sur la fibre mais aussi sur la 5G, cela n’empêche aucunement l’ex-France Télécom de souhaiter comme pour la 4G, être leader cette fois sur la 5G en distançant ses rivaux. Cela tombe bien, à l’heure où le gouvernement demande des expérimentations rapides, Orange va multiplier les tests de bout en bout, tout comme Bouygues et SFR mais sur davantage de sites pilotes. Dans le cadre du guichet «pilotes 5G» de l’Arcep, l’opérateur historique va en effet continuer de se familiariser avec cette nouvelle technologie sur 30 sites à Lille, 48 autres à Douai et ce jusqu’au 1er juin 2019, date d’échéance de l’autorisation attribuée par le régulateur. Mais aussi dans la Cité phocéenne et également en Ile-de-France, plus précisément à Paris, Chatillon et Linas-Montlhéry dans la bande 3400-3800 MHz.

Plus concrètement à l’horizon 2019, Orange va mettre en place une plate-forme conçue pour des démonstrations dans le quartier de l’Opéra à Paris où se situe son mégastore « Orange Opéra ». Des ateliers sur les usages de la 5G en situation de mobilité prendront place. 

Dès cet automne, l’opérateur proposera aussi à ses partenaires de tester des produits et des services innovants dans un laboratoire 5G sur son site « Orange Gardens » à Châtillon. Ces tests couvriront en particulier les services 5G à destination du grand public tels que la réalité virtuelle et augmentée, les communications en environnement immersif ou la vidéo 4K/8K. Enfin, des expérimentations seront menées via des véhicules autonomes et connectés sur un circuit à Linas-Montlhéry.
 

La feuille de route

 
Pour rappel, Orange commercialisera la 5G en 2020, conformément à la feuille de route dévoilée il y a quelques jours par l’Arcep et le gouvernement. L’objectif est ne pas être en retard sur cette technologie, c’est en tout cas la priorité de l’Etat et du régulateur. Néanmoins, le chemin est encore long et la 5G apparaît bien floue aux yeux du grand public, il faudra en tout cas attendre l’arrivée de terminaux comptatibles probablement l’année prochaine, la normalisation de la norme, le déploiement d’antennes ou mises à jour de sites, et enfin l’attribution de fréquences. Tout cela aura un coût, les investissements seront colossaux. Viendra ensuite le temps de la monétisation. Pour Orange, la consolidation prendra alors beaucoup de sens.