Mobile : les premiers effets concrets de l’accord historique visant à résorber les zones blanches voient le jour

Mobile : les premiers effets concrets de l’accord historique visant à résorber les zones blanches voient le jour

Aujourd’hui a eu lieu l’inauguration des deux premiers sites 4G mutualisés à quatre opérateurs en présence de Didier Casas, Président de la Fédération Française des Télécoms, des représentants des opérateurs de téléphonie mobile et de Julien Denormandie, Secrétaire d’État auprès du Ministre de la Cohésion des territoires

En janvier dernier le gouvernement et les opérateurs ont signé un accord dans le but de résorber les zones dites blanches où la couverture mobile laisse à désirer et dans le même temps à généraliser la 4G. Ainsi l’accord prévoit notamment pour améliorer la couverture de construire pour chacun des opérateurs au moins 5000 nouveaux sites sur tout le territoire.

Mutualisation à 4 opérateur :une première

Ces deux inaugurations sont les premières illustrations concrètes de l’accord historique, signé en janvier dernier, entre les opérateurs et les pouvoirs publics pour accélérer la couverture mobile dans les territoires, qui prévoit notamment le passage en 4G de l’ensemble des communes du programme « Zones blanches – centres-bourgs » (ZBCB). Cette première étape de qualification technique est décisive et permettra aux opérateurs d’industrialiser dans les prochains mois le processus de déploiement de la 4G dans les zones blanches, en lien étroit avec les collectivités locales.

La mutualisation des installations est réalisée au travers de la technologie de Ran Sharing 4G et sa mise en œuvre par les quatre opérateurs est sans équivalent dans les autres pays précise la Fédération.

Le point sur la couverture des zones blanches au niveau national

Au 31 mars 2018, toutes les communes « zones blanches » qui disposaient d’un pylône – à savoir 3 307, sur les 3 856 inscrites dans le programme – parmi lesquelles 1 264 communes de montagne – bénéficiaient de l’internet mobile de manière mutualisée.

Pour les 549 communes restantes et situées en « zones blanches », l’urgence est à la construction des pylônes. Sur les 549 communes, 318 communes ont intégré la nouvelle liste des 485 communes, prises en charge à 100 % par les opérateurs et 231 communes ont décidé de conserver la maîtrise d’ouvrage publique : co-financement État, collectivités et opérateurs.