Orange tire un trait sur l’Italie mais reste intéressé par Portugal Telecom

Orange tire un trait sur l’Italie mais reste intéressé par Portugal Telecom

Alors que Free s’est lancé en grande pompe sur le marché italien, le PDG d’Orange réaffirme sa réticence à se lancer dans la bataille en Italie. S’agissant du Portugal, l’opérateur historique reste vigilant et à l’affut, si Patrick Drahi venait à affirmer ses velléités de vente.

Dans une interview accordée au Monde, Stéphane Richard a confirmé une nouvelle fois son intérêt  : " l’activité de Portugal Telecom, l’opérateur historique, pourrait nous intéresser. Il y aurait une vraie logique à une présence sur l’ensemble de la péninsule Ibérique. Mais, à ma connaissance, cet actif n’est pas à vendre. En revanche, l’Italie me paraît dans une situation trop compliquée aujourd’hui du point de vue politique et macroéconomique. Je ne crois pas aux démarches inamicales dans notre secteur. Ce n’est pas le bon timing pour s’intéresser à ce pays."

Avec une telle acquisition Orange pourrait “renforcer son pôle dans la péninsule ibérique” a affirmé un analyste en janvier dernier. Depuis le rachat de Jazztel, Orange est le deuxième opérateur fixe en Espagne et a une présence non négligeable sur le mobile. Cette vente rapporterait près de 7 milliards d’euros à Altice "ce qui commencerait à être conséquent à l’échelle de la dette" a de son côté souligné Jakob Bluestone, analyste au Crédit Suisse en novembre dernier. Malgré tout Patrick Drahi n’est pas décidé à vendre à l’heure actuelle.