Des débuts prometteurs pour Iliad en Italie

Des débuts prometteurs pour Iliad en Italie

Lors de la rencontre avec les communautés des freenautes nous avons essayé d’en savoir un peu plus sur les débuts d’Iliad en Italie.

A un peu plus de 15 jours du début de la Rivoluzione Iliad avec le lancement en grande pompe de l’offre d’Iliad à 5,99 euros/mois, réservée au premier million d’abonnés, qui veut apporter transparence et simplicité dans un marché où les offres sont plutôt opaques (coûts cachés, services additionnels payants, augmentation de tarifs, etc.) nous avons tenté d’obtenir des chiffres plus précis lors du Freeday 2018 samedi dernier.

Thomas Reynaud, le directeur général du groupe Iliad nous a répondu : "nous voyons que c’est en train de monter en puissance. Beaucoup d’abonnés ont désormais reçu leur carte SIM et l’ont activée". Avant de poursuivre en expliquant qu’il avait "le sentiment, ce n’est pas encore une certitude, mais c’est assez fascinant à observer, que le bouche à oreille est en train de fonctionner". Pour l’instant donc, l’accueil du nouvel opérateur est plutôt bon "le lancement qui a été fait de façon magistrale par notre jeune CEO italien Benedetto de 29 ans a été accueilli avec beaucoup de bienveillance dans la presse italienne (rupture en terme de ton et d’image, la volonté d’apporter de la transparence au consommateur italien)". Le principal défi en Italie est désormais d’installer durablement les codes de la marque ce que n’avait pas eu à faire le groupe lors du lancement de Free Mobile en France puisque Free était déjà connu avec ses offres fixe.

En ce qui concerne les chiffres, Thomas Reynaud nous a dit y porter une attention toute particulière, la première chose qu’il fait le matin en se réveillant, ce sont en fait trois choses, regarder le nombre d’abonnés Freebox, le nombre d’abonnés Free Mobile et maintenant depuis une dizaine de jours, le nombre d’abonnés Iliad Italia. Nous avons tenté d’en savoir plus en lui demandant si ce samedi matin le chiffre était supérieur ou inférieur à 300 000 pour l’Italie, réponse : "ce matin j’avais la banane quand je me suis réveillé".