Les secrets du succès d’une start-up pour Xavier Niel

Les secrets du succès d’une start-up pour Xavier Niel

crédit photo : Joël Saget-AFP Roxane Varza (Station F) et Xavier Niel.

Xavier Niel était invité à intervenir au “Sei Torino Forum”, une rencontre organisée par la Fondation Agnelli dans le cadre du lancement de la School of Entrepreurship (SEI) à Turin en Italie, dont l’objectif est de donner la possibilité à ceux qui veulent devenir entrepreneurs d’acquérir les compétences pour le faire. 

En marge de cette intervention, le fondateur d’Iliad/Free, de l’école 42 et du plus grand incubateur de start up au monde, Station F, a accordé une interview à La Stampa où il donne quelques indications sur sa manière de choisir les entreprises dans lesquelles il investit.

Après avoir rappelé qu’il est dans ce domaine si actif qu’il s’est retrouvé à un moment investisseur de Uber, Lyft et Didi en même temps les trois géants des services de VTC, il explique à la journaliste ce qui motive son choix lorsqu’il investit : "Ce que je cherche, c’est une personne spéciale qui réussit à me transmettre son ambition et sa passion. L’expérience importe peu, j’ai fondé ma première société à 17 ans. Je cherche aussi une équipe qui reflète la diversité de nos sociétés, avec autant d’hommes que de femmes par exemple et aux origines culturelles variées. C’est ce que nous avons fait à Paris à Station F où 25% des fondateurs de start-up viennent de l’étranger et 40% des dirigeantes sont des femmes (alors qu’en moyenne elles ne sont que 5% à fonder des start-up)."

Et dans ses propres entreprises, il accorde également une attention particulière à la "parité", "à Station F le management est à 60 % féminin, pour Kima Ventures il y a 50 % de femmes". Mais l’âge pèse aussi dans la balance.

"J’essaie d’embaucher des jeunes" dit-t-il avant de poursuivre son explication non sans perdre son humour bonhomme, "toi, quel âge as-tu ?" lance-t-il à la journaliste qui répond "34, pourquoi ?", alors "tu es presque trop âgée pour travailler dans mes entreprises" a-t-il ajouté, complice, en souriant avant de poursuivre. La jeunesse des candidats est importante dans le sens où "ils n’ont pas encore été formatés à emprunter un chemin prédéfini ou à penser d’une certaine manière". 

 

source : La Stampa