Zone AMII : les propositions d’Orange et SFR ne suffiront pas à rattraper le retard déjà pris selon l’Avicca

Zone AMII : les propositions d’Orange et SFR ne suffiront pas à rattraper le retard déjà pris selon l’Avicca

Sur les zones AMII, Orange et SFR ont fait leurs propositions au gouvernement. Ils s’engagent à ce qu’environ 12,7 millions de locaux soient éligibles à une offre commerciale d’accès à la fibre optique d’ici la fin de l’année 2020. Les zones concernées correspondent au périmètre des zones d’initiative privée telles que définies par l’appel à manifestation d’intérêt d’investissement (AMII) de 2011.

Pour Ariel Turpin, délégué général de l’Association des villes et collectivités pour les communications électroniques et l’audiovisuel (Avicca) qui a décortiqué ces propositions d’engagements, elles vont dans le bon sens et permettront une accélération des déploiements visible très rapidement dans les mois à venir “L’Avicca salue la démarche, qui est très, très positive. Ce sont des opérateurs privés, que rien n’oblige à prendre de tels engagements. On peut leur reconnaître d’avoir, sur le principe, répondu à la demande de l’Etat.” 

Mais les propositions ne seront pas suffisantes pour combler le retard accumulé les années précédentes : “objectivement, oui, aujourd’hui, les opérateurs accélèrent, mais pas suffisamment pour être au rendez-vous ne serait-ce que de 2022 à mon sens. On peut se réjouir de l’accélération à venir, mais on ne peut que se désoler de ce que cette accélération sera insuffisante par rapport au retard déjà pris.” et de conclure "l’Etat a jugé crédible les intentions affichées par les opérateurs en 2011 et leur a fait un chèque en blanc. Il n’assume pas aujourd’hui le fait de s’être trompé et se retrouve coincé".

Le gouvernement a saisi le 4 avril l’Arcep pour qu’elle lui rende un avis sur les propositions d’engagements que les opérateurs ont formulées. Après réception de cet avis, le gouvernement pourra décider de les accepter. Ils deviendront alors juridiquement contraignants et donc passibles de sanctions en cas de non-respect. 
 
 

source : Degroupnews