Cambridge Analytica/Facebook : le scandale concernerait davantage d’utilisateurs

Cambridge Analytica/Facebook : le scandale concernerait davantage d’utilisateurs

L’affaire concernant Facebook et Cambridge Analytica refait surface. Une première estimation de 50 millions de victimes avait été donnée par le New York Times. Par la suite, le réseau social s’est exprimé officiellement et a déclaré que, pas moins de 87 millions de comptes auraient été impactés par le scandale Cambridge Analytica.

Cependant, mardi 17 avril, une ancienne cadre de Cambridge Analytica, questionnée par les députés britanniques, confirme que le nombre de comptes utilisateurs dont les informations ont été utilisées illégalement « est probablement largement supérieur à 87 millions ».

Un test de personnalité destiné au grand public a été utilisé par 270 000 personnes en 2014. Afin d’effectuer ce test, les participants devaient permettre à l’application d’accéder à leurs données personnelles sur le réseau social. Les règles de confidentialité de Facebook n’étaient pas les même que les nouvelles, qui ont été mises en place récemment. De ce fait, l’éditeur de l’application pouvait se permettre de collecter les données personnelles des amis des utilisateurs de l’application. Ces informations ont été envoyées à Cambridge Analytica.

D’après Brittany Kaiser, l’ancienne cadre de Cambridge Analytica, plusieurs tests de ce genre ont été conçus dans le but de collecter des données. « Un large éventail de questionnaires mis au point par Cambridge Analytica ou ses partenaires, souvent liés à Facebook » déclare-t-elle. Mais Brittany Kaiser admet qu’elle n’a pas connaissance des détails de ces questionnaires et qu’elle ne sait pas non plus de quelle manière les données ont pu être exploitées.

Lorsque Mark Zuckerberg s’est exprimé au sujet de cette affaire, il avait déclaré qu’il était possible que plus de données aient été utilisées, annonçant également que des enquêtes étaient en cours. Facebook est actuellement à la recherche de questionnaires viraux présents sur son réseau social, surtout ceux développés spécialement dans le but de subtiliser les données personnelles des utilisateurs.

Source : bfmtv