La France, classée 7ème dans la course mondiale à la 5G

La France, classée 7ème dans la course mondiale à la 5G

 

 
Le cabinet de recherche en télécommunications Analysys Mason a publié hier son index des pays les plus engagés dans le déploiement de la 5G. Si la Chine arrive en tête devant la Corée du Sud, les Etats-Unis et le Japon, la France se classe en 7ème position derrière l’Allemagne et le Royaume-Uni, ex aequo au 5ème rang.
 
En commentaire, la CTIA, autrement dit l’association américaine qui représente l’industrie des communications sans fil aux USA, a déclaré quel la Chine a une faible avance sur les Etats-Unis grâce à une « une politique gouvernementale proactive et à une dynamique industrielle ». 
 
En évaluant l’état actuel de la course mondiale à la 5G, Analysys Mason a ainsi étudié les politiques de spectre et d’infrastructure 5G ainsi que les plans de l’industrie commerciale de dix pays. Parmi les éléments à retenir en Europe, cette année, seuls le Royaume-Uni, l’Espagne et l’Italie organisent des enchères de spectre 5G. Autre enseignement, les pays de l’UE prennent globalement des mesures importantes pour moderniser les règles d’infrastructure afin de faciliter le déploiement des réseaux 5G.
 

La France ne sera pas en retard

 
A noter que les premiers déploiements commerciaux de la 5G sont prévus dès cette année en Asie et aux Etats-Unis mais la majeure partie de ceux-ci devraient se faire en 2019, souligne une étude de Globaldata. En France, les opérateurs prévoient de commercialiser cette nouvelle technologie en 2020. Orange, Bouygues et SFR vont d’ailleurs mener des expérimentations cette année dans le cadre du guichet « pilotes 5G » de l’Arcep, des tests sont ainsi prévus dans 9 villes françaises. « La grande procédure d’attribution des fréquences 3,5 GHz et 26 GHz aura lieu probablement en 2020, et au plus tôt fin 2019 », a rappelé Sébastien Soriano le mois dernier avant de souligner que « rien n’empêchera les opérateurs d’ouvrir leur réseau 5G au grand public sur leurs sites pilotes dès l’année prochaine.» Et Mounir Mahjoubi, secrétaire d’Etat au numérique d’ajouter que « la France ne sera pas en retard sur la 5G ».