Fin du roaming : la consommation explose en Europe

Fin du roaming : la consommation explose en Europe

Pour la première fois, l’Organe des régulateurs européens des communications électroniques (BEREC) a présenté hier à Bruxelles des données sur l’impact de l’abolition des frais de roaming dans l’UE. 

Premier enseignement et ce n’est pas une surprise, le rapport révèle une augmentation substantielle des volumes de données dans l’EEE, soit l’espace économique européen qui regroupe les 28 pays de l’Union européenne ainsi que la Norvège, l’Islande et le Liechtenstein. Les volumes de données ont augmenté de 435% entre le troisième trimestre 2016 et le troisième trimestre 2017. La consommation moyenne par mois et par abonné dans l’EEE au troisième trimestre 2017 était de 242 Mo.

L’augmentation des volumes dans les services vocaux et SMS est en revanche moins significative. L’étude souligne que le nombre de minutes d’appels par mois et par client en itinérance est passé de 8,8 minutes au troisième trimestre 2016 à 14,23 minutes au troisième trimestre 2017.

"Bien que les services d’itinérance internationale présentent une forte saisonnalité, les résultats indiquent clairement que la modification de 2015 du règlement sur l’itinérance a considérablement contribué au développement du marché unique", a déclaré Johannes Gungl, vice-président du BEREC.

Pour rappel, depuis le 15 juin dernier, il est désormais possible d’utiliser son téléphone mobile pour appeler, envoyer des SMS ou surfer sur le net depuis un autre pays de l’Union, et ce sans surcoût. La fin d’un long chemin semé d’embûches et l’aboutissement d’une bataille menée face aux grands opérateurs. Selon une enquête «Eurobaromètre Flash» publiée en septembre dernier, la proportion de voyageurs qui ont utilisé les données mobiles aussi souvent en itinérance qu’ils le font dans leur pays avait doublé après le 15 juin 2017 (31 %) par rapport aux mois précédents (15 %) ».