Dégoûté par des problèmes de débits sur Netflix, un abonné Freebox jette l’éponge et le fait savoir à Free

Dégoûté par des problèmes de débits sur Netflix, un abonné Freebox jette l’éponge et le fait savoir à Free

Cet abonné Freebox en a gros sur la patate. Visiblement lassé d’avoir affaire à des problèmes de débits sur Netflix, celui-ci a décidé de résilier son abonnement et de restituer son équipement avec un message caustique à l’intention du FAI de Xavier Niel. Sur le colis de renvoi figure une kyrielle d’autocollants illustrant deux mains derrière les barreaux ainsi que le logo de Free et de Netflix en toile de fond. 

C’est une réalité, certains abonnés Freebox commencent à perdre patience et résilient leur abonnement. En cause des ralentissements, une dégradation de la qualité de service et des coupures intempestives sur Netflix. Face à cet amer constat, la grogne s’intensifie sur les réseaux sociaux. Ces problèmes récurrents de débits sur Netflix pour les abonnés Free ne sont d’ailleurs pas nouveaux. Et ce n’est pas l’index de performance du mastodonte américain qui dira le contraire puisque tous les mois, c’est bien Free qui arrive à chaque fois en bas du classement loin derrière ses concurrents. Si certains estiment que le problème serait lié comme jadis avec Youtube, à des tuyaux saturés entre Free et Netflix à heure de grande écoute, aucun des deux groupes n’est pour le moment sorti de sa léthargie afin de donner la raison officielle de ce problème, qu’il soit simple ou complexe, technique ou financier.

A titre de comparaison, au sujet du litige avec Google , Xavier Niel avait fini par s’exprimer : « Dans un certain nombre de cas, Google utilise très fortement nos réseaux, sans rémunérer le surplus de trafic. Donc en face de ça, on peut se retrouver dans des situations dans lesquelles le débit sur Youtube est réduit.» Ou encore «mieux vaut une petite crise des débits maintenant que des prix élevés demain. Chaque jour, j’espère qu’on aura la solution. En attendant, on ne bride l’accès à personne, mais on arrête l’escalade : on a un tuyau d’une certaine taille pour le trafic de Google et on n’en rajoute pas ».

Que nenni, au delà des problèmes de débits constatés sur Netflix et des suppositions qui en découlent, un autre fait est incontestable, Free a attaqué Netflix en juin 2017 devant le tribunal de commerce de Paris et lui réclame d’importants dommages et intérêts qui pourraient s’élever à des dizaines -voire des centaines- de millions d’euros. 

Si Free est le seul opérateur a jamais avoir trouvé d’accord avec le géant américain même si les utilisateurs de la Mini 4K peuvent profiter de ce service, l’opérateur estime avoir été lésé sur ces débits moyens calculés chaque mois par Netflix via son ISP Speed Index, qui mesure donc la vitesse moyenne de ses flux selon les pays et les opérateurs à heure de grande écoute et que Univers Freebox relaie mensuellement. Cet écart pourrait s’expliquer par le fait que Netflix fait des calculs sur son serveur alors que Free n’est pas raccordé directement au réseau de l’américain. C’est ce qui gène fortement l’opérateur du tycoon français qui conteste ces mesures qui visent selon lui au final à orienter l’utilisateur vers le FAI le plus performant, ce qui en toute logique pourrait faire perdre des clients à l’opérateur de Xavier Niel, ce dernier refusant de l’accepter. Free demanderait même à être supprimé du classement. Quoiqu’il en soit, de nombreux abonnés attendent une amélioration des débits et une explication du géant américain et du FAI français.

Pour l’anecdote, le colis de cet abonné n’est pas sans rappeler ceux arborant des stickers "I Love Youtube", envoyés par de nombreux abonnés Freebox mécontents en 2012 des ralentissements subis sur la plateforme de vidéo en ligne.